A en croire la direction les tickets-restaurant de mars et avril n’auraient pu être imprimés pour des raisons de sécurité invoquées par Sodexo et leur livraison devait absolument être effectuée à fin mail. Il s’avère que les salariés auront été moins frileux que cette entreprise puisqu’ils ont continué à payer chaque mois leur quote-part comme si rien n’était. Petit couac pour cette version officielle pour le moins surprenante, les TR auraient été envoyés au domicile des salariés permanents de Middle Office. A confirmer, donc le conditionnel reste de rigueur pour l’instant, mais si tel était le cas il y aurait comme une bizarrerie.
D’ailleurs, nous ne résistons pas à l’envie pressante de publier un extrait du PV du CSE, anonymisé bien entendu, dans lequel un élu exprime ouvertement son scepticisme :

Élu : Cela veut dire que Sodexo n’a imprimé aucun ticket restaurant papier pour aucune entreprise en France ?

DRH : Ce n’est pas ce que l’on a dit. C’est ce que Sodexo nous a dit, dans la façon dont ils gèrent nos comptes. Je ne sais pas la façon dont ils gèrent les autres entreprises, mais pendant la crise, ils n’ont pas été en capacité d’imprimer les tickets restaurant. C’est pourquoi ils ne nous les livrent que maintenant. Je ne sais pas comment ils ont géré leurs autres clients.


Élu : S’ils n’ont pas pu les imprimer pour nous, c’est qu’ils n’ont logiquement pas pu les imprimer pour d’autres entreprises non plus.


DRH: Je n’en sais rien. Peut-être qu’ils avaient une capacité de production réduite à 20 %, et que sur ces 20 %, ils ont privilégié d’autres clients. Je ne sais pas ce que cela veut dire, ce n’est pas mon point. Ce qui est important, c’est de savoir comment cela a été géré par nous, et de vous informer sur cela. Je ne sais donc pas comment ont été gérés les autres clients de Sodexo.

En tout état de cause, la direction refuse la livraison des TR au domicile et il appartient au Directeur d’agence ou de site de réceptionner les envois et de procéder à la distribution aux équipes. Ceci expliquant vraisemblablement cela.

Malgré nos réticences, l’entreprise a donc décidé de dématérialiser les TR dès le mois de juin. Autorisée depuis 2014, cette dématérialisation s’imposera à tous en 2022, année de la disparition des chèques-restaurant papier et par conséquent de la généralisation du numérique dans ce domaine aussi. Rien ne pressait donc et nous pouvions conserver une année encore les avantages de ces chèques.


C’est une mauvaise nouvelle pour nombre de salariés qui avaient l’habitude de faire profiter leurs proches, conjoint et enfants, par exemple, de cette forme de paiement. C’était un peu de beurre sur les épinards pour un conjoint n’en bénéficiant pas ou un fils ou une fille auquel l’on offrait ponctuellement la possibilité d’un petit restaurant avec ses amis. Cette restriction parait d’autant plus injuste que le salarié finance quand même, rappelons-le, la moitié de ces chèques. De plus, l’utilisation d’une carte se révèle beaucoup plus restrictive que celle des chèques-papier et limitera considérablement les possibilités d’achat de produits alimentaires. Finie également l’utilisation des TR le dimanche et les jours fériés. Big Data sera inflexible !


L’autre mauvaise nouvelle, c’est la généralisation du flicage inhérent au numérique et le pistage, même anodin en apparence, des moindres dépenses et comportements. On saura le type de restauration que vous affectionnez, si vous avez été trois fois dans le mois au restaurant « Chez Dudule », l’endroit et les horaires précis de vos déplacements, etc. Et qui sait ce que deviendront ces données et à qui elles seront revendues ? Une seule certitude, elles ne seront pas perdues pour tout le monde.

Bref, vraiment pas une avancée…Il s’agit même à l’évidence d’une régression supplémentaire. Et, question subsidiaire : à qui profiteront les importantes économies réalisées sur l’impression et l’acheminement des chèques-repas ? Si vous le savez, vous nous dites.

4 Commentaires

  1. Bonjour, je travaille au Middle Office et nous n'avons pas reçu nos TR à domicile. Nous venons de recevoir la carte Sodexo cette semaine comme tout le monde!

  2. Refusé Refusé Refusé ! Depuis que la carte a remplacé le papier, on ne compte plus le nombre de refus "On a pas le terminal" "On ne prend pas la carte, trop de frais" "Desole pas le weekend, on ne peut pas, mais on prend les tickets papiers si vous avez…". Regression totale. Imposé au prétexte de motif mensongé. Sodexo a su manoeuvrer. Les entreprises se sont fait b…, et les employés/bénéficiaires surtout ! Mais il reste le refus de se laisser faire. La possibilité de revenir en arrière. Alors… action ? 😉

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici