Du 24 juillet au 21 août, rediffusion du
« meilleur de l’année »

Article paru le 27 avril 2020
Depuis
son luxueux bunker suisse à flanc de montagne, Maître Yakafokon exprime
vertement à l’un des Directeurs opérationnels son incompréhension de
nos légitimes prudences et méthodes. Tout y passe : le déconfinement,
les opérations commerciales, les salaires, les masques…
Séraphin
Dubourg
 : Bonjour Maître, vous m’avez demandé de vous rappeler. Comment
allez-vous ?
 
 
Maître
Yakafokon
 : Comment je vais ? C’est une blague ? Vous avez vu
les derniers chiffres ? Et vous voudriez sans doute que j’aille bien ?
Que je sois guilleret et d’humeur badine. Que je vous raconte des histoires
grivoises peut-être et que je me mette un nez rouge pendant qu’on y est ? 
 
Séraphin
Dubourg
 : Non, non, Maître, ce n’est qu’une formule d’usage… 
 
Maître
Yakafokon
 : Dubourg, cessons ces salamalecs, je vous le dis tout de go : il faut déconfiner
immédiatement et remettre les équipes en production sans attendre. La patience
de nos actionnaires a des limites et je ne voudrais pas provoquer leur courroux.
Vous savez la déférence et toute l’admiration que j’éprouve pour eux. 
 
Séraphin
Dubourg
 : Oui, bien sûr Maître, ils sont le sel de notre vie et ma raison
de respirer mais c’est que notre gouvernement ne veut déconfiner que le 11 mai
et encore…. 
 
Maître
Yakafokon
 : Des incompétents et des fadas Dubourg ! Des grands malades même !
il faut croire aux vertus du travail, de la création de valeur et au don de soi… Vous avez au moins suspendu
leur rémunération ? 
 
Séraphin
Dubourg
 : Hum… euh… non… ce n’est pas possible… il est impossible de ne
pas les rémunérer pendant le confinement…tout au plus peut-on leur enlever une partie de leur salaire avec le chômage partiel 
 
Maître
Yakafokon
 : Quoi ? Nous payons donc tous ces gens à coincer la bulle,
regarder la télé, biner leur jardin, s’essayer à la cuisine, somnoler devant
Netflix et se faire du gras autant qu’ils peuvent sur mon compte ? 
 
Séraphin
Dubourg
 : C’est que… il y a des lois mon Maître… 
 
Maître
Yakafokon
 :  Au diable ces lois stupides !
Remettez-moi tout ça au travail. A ce propos, vous avez vu les deux géniales opérations
commerciales que j’ai conçues pour le réseau « Solutions » et pour PME. Pour PME, l’opération
s’appellera « Overlord ». Ne suis-je pas génial ? 
 
Séraphin
Dubourg
 : Si, bien sûr Maître, vous êtes génial et je remercie chaque jour
le ciel de pouvoir apporter ma modeste contribution à votre œuvre… mais « Overlord »… 
 
Maître
Yakafokon
 : Eh bien, qu’y-a-t’il donc ? 
 
Séraphin
Dubourg
 : Euh… « Overlord », c’est… euh… l’histoire… 
 
Maître
Yakafokon
 : Crachez-donc votre Valda Dubourg ! qu’avez-vous à redire
sur Overlord ? 
 
Séraphin
Dubourg
 : En fait, Maître, c’est l’histoire d’un groupe de commandos-parachutistes
largués en France juste avant le débarquement qui… 
 
Maître
Yakafokon
 : (l’interrompant) Ah que voilà une belle histoire :
nos commandos commerciaux déferlant à l’assaut des prospects et clients pour ratatiner
la concurrence et augmenter nos parts de marché tout en améliorant nos marges.
Affirmatif, je suis un génie. 
 
Séraphin
Dubourg
 : Oui, bien sûr mais…il y a un petit problème… 
 
Maître
Yakafokon
 : Quoi donc mon petit Dubourg ? 
 
Séraphin
Dubourg
 : (un peu agacé par cette fausse familiarité) C’est que le
commando en question découvre un laboratoire secret dans lequel sont menées d’horribles
expériences
 
Maître
Yakafokon
 : Ah et alors ? A la bonne heure, ce sont donc des héros ! 
 
Séraphin
Dubourg
 : Oui, bien sûr Maître, mais cette histoire de laboratoire
répugnant, avec tout ce qu’on entend sur Wuhan et les travaux qui s’y menaient…
ce n’est peut-être pas le moment de… 
 
Maître
Yakafokon
 : Ah suffit Dubourg ! Vous n’allez pas me servir les derniers
ragots complotistes d’une bande de timbrés. Le Covid 19 n’est dû qu’à la gourmandise
d’un pékin de Wuhan boulotteur de chauve-souris et de pangolins, voilà tout. Je vous demande
de vous en tenir là. Informez-vous aux sources fiables, CNN, Euronews, BFMTV, les
journaux télévisés, Le Monde, Europe 1 RTL et j’en oublie… Tous ces
journalistes admirables, indépendants, ces esprits libres dévoués corps et âme à l’unique service de la Vérité.
Vous devriez avoir honte !
L’opération
s’appellera donc Overlord, un point c’est tout ! Rompez !
 
 
Séraphin
Dubourg
 : Et pour l’opération du réseau « Solutions » ? 
 
Maître
Yakafokon
 : Eh bien nous ferons moderne, dynamique, américain même. L’opération
s’appellera « Stand-up ». 
 
Séraphin
Dubourg
 : Ah prodigieux ! Mais… 
 
Maître
Yakafokon
 : Qu’y-a-t’ il encore ? 
 
Séraphin
Dubourg
 : euh… Stand-up, c’est ainsi que l’on appelle la prestation des comiques de
cabaret… Certains esprits forts, et j’en connais qui ont bien leur langue dans
la bouche mais pas la plume dans leur poche, pourraient s’emparer de cela pour
moquer l’opération. 
 
Maître
Yakafokon
 : (hors de lui) Vous m’exaspérez Séraphin Dubourg. Vous voulez
faire de l’esprit et discréditer mes formidables intuitions ? ¨Prenez garde,
vous savez que je peux vous écraser comme une punaise, que dis-je un moucheron, quand
cela me plaira. Et alors adieu les grosses berlines, les chemises soyeuses, la
frime à gogo et les vacances ensoleillées. 
 
Séraphin
Dubourg
 : Oh mon bon Maître, je ne disais cela que pour servir. Vous
demeurez à jamais mon modèle, mon indépassable horizon, mon…
 
 
Maître Yakafokon : Suffit !
Que dit-on d’autre dans le réseau ?
 
 
Séraphin Dubourg : Euh…il y a une grande
inquiétude sur la reprise d’activité. La fourniture de masques…
 
 
Maître
Yakafokon
 : (l’interrompant) Des masques ? Et quoi encore ?
Sommes-nous Mardi Gras ? Faut-il donc un masque pour s’en aller
convaincre nos clients, prendre des parts de marché et améliorer nos
marges ? Je crains que n’arriviez
aux limites de vos compétences mon petit Dubourg. Je le crains… 
 
Séraphin
Dubourg
 : Euh… je vous en prie Maître… On me parle aussi des rémunérations.
La CFE-CGC communique sur son blog et s’insurge contre la retenue que nous
avons décidée sur la part variable à leur verser. 
 
Maître
Yakafokon
 : Ah… encore et toujours cette CFE-CGC. Ils ne lâchent rien ceux-là.
Jamais… Ces obtus étaient déjà les seuls à ne pas avoir signé le protocole électoral grâce auquel
nous avons considérablement affaibli les instances représentatives du personnel.(petit rire sarcastique) Qu’ont-ils donc à toujours
vouloir défendre les salariés ? 
 
Séraphin
Dubourg
 : Je ne sais pas Maître mais une chose est sûre : leur
audience grandit d’année en année. 
 
Maître
Yakafokon
 : Suffit ! Je vous avais demandé de leur mettre une
sourdine. Vous avez échoué. Vous êtes le maillon faible Dubourg. Vous sortez ! 
 
Séraphin
Dubourg
 : Mais… 
 
Maître
Yakafokon
 : (hurlant) Vous sortez Dubourg ! Exécution ! Action réaction !

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici