La première action que nous vous proposons est particulièrement simple, confortable et sécurisante. Il va suffire de respecter strictement son contrat de travail et notamment son horaire contractuel. Explications

Nous avons souvent évoqué ces nombreux collègues adeptes du bénévolat qui travaillent gratuitement quelques heures ou parfois dizaines d’heures par mois, sans même les déclarer ou sans les récupérer et, bien entendu dans ces cas sans être rémunérés. Un peu moqueurs, nous avons évoqué récemment ce petit hamster qui tourne dans sa roue jusqu’à épuisement, parfois jusqu’à la mort, sans savoir bien entendu pourquoi, ni ce qui l’attend. Toute ressemblance avec des situations ou personnes existant ou ayant existé ne saurait bien entendu qu’être le fruit du hasard. Il y a quand même une sacrée incohérence à pouvoir à la fois se plaindre de sa rémunération et travailler bénévolement, ce qui effondre arithmétiquement et mécaniquement son taux salarial horaire. Et si on changeait de prisme (sans jeu de mots) ?

La première action de bon sens capable d’envoyer un puissant signal à notre direction va donc consister à respecter scrupuleusement son horaire de travail : plus une heure, ni une minute de travail bénévole quelles que puissent en être les justifications. Nous vous proposons une période de test du lundi 28 novembre au vendredi 9 décembre. Cette action n’a rien de spectaculaire mais, croyez-nous, c’est sans doute la plus puissante qui soit, bien plus remarquable qu’un éphémère mouvement de gréve. Ce qui n’empêche nullement d’envisager une telle manifestation comme nous l’avons évoqué cette semaine.

Compte tenu du système de rémunération en vigueur et des salaires fixes indéfiniment bloqués, tout temps travaillé bénévolement ne fait qu’alimenter des résultats financiers au détriment de la vie personnelle, familiale, amicale et du bien-être au travail. Pour qui ? Pour quoi ? Nous ne sommes pas plus riches ni mieux reconnus à l’arrivée. Le bénévolat est une fort belle chose dans le monde associatif ou dès lors qu’il s’agit de s’engager pour une cause qui nous est chère mais il devient une calamité dans le monde du travail. On ne peut à la fois se plaindre d’une rémunération trop basse, du sous-effectif et d’une charge de travail excessive et continuer à entretenir ce qui a rendu possible une pareille situation : le travail gratuit (dissimulé pour l’URSSAF).

Alors, vous vouliez des actions efficaces ? En voici une, simple et puissante – à la condition d’être menée par le plus grand nombre -, en attendant les suivantes. Nous reviendrons bien entendu sur le sujet durant la période proposée et n’hésitez pas à sensibiliser et à accompagner vos collègues dans cette démarche d’un genre nouveau, une sorte d’opération désintox.

28 Commentaires

  1. Voilà une idée 💡 simple

    Si le Middle office respecte scrupuleusement
    cette mesure, devrait y avoir du chahut

    Osez dire non en toute légalité

    • Idée très simple mais aussi très efficace si tout le monde s’y met. Il peut aussi y avoir du chahut chez Solutions, je pense à la logistique mais pas que…

    • Pour info au middle office en période de paie toutes les heures faites en plus sont payées en HS. Apres tout au long du mois ce n’est pas le cas

    • En retard en retard… maintenant c’est qui va piano va sano 😎 je respecte scrupuleusement mon contrat 😱

  2. Bonjour,

    je ne vois plus beaucoup d’agences ouvertes avant 8h30 et fermées après 18h… Je ne suis pas sur de l’efficacité. A voir

    • Tu as en partie raison mais c’est une première étape incontournable. Si une partie importante de nos collègues (Onsite, Middle et Solution) continuent à travailler bénévolement, nous n’irons pas beaucoup plus loin dans la démarche, que les choses soient claires. Nous avons parallèlement un plan communication qui a commencé à se dérouler (motion dans les CSE hier, articles dans Miroir social et prochainement au niveau national sur notre site confédéral et autres à venir…) et un certain nombre d’autres actions à proposer.
      Celle que nous proposons pour la quinzaine à venir est une base incontournable, une question de logique pure et un premier signal envoyé.

  3. Très bonne idée !!! mais est ce que ça va suffire ? je connais plein de petits hamsters autour de moi et je vais essayer de les convaincre. C’est quoi les étapes suivantes ?

    • Tu as raison sur le fond mais on vient de loin et je suis curieux de savoir si le mouvement va être très suivi… Déjà deux semaines sans une heure de dépassement c’est ambitieux

  4. Si seulement tout le monde acceptait de travailler les heures légales y compris les DA ,comme il se doit …cela pourrait coincer aux entournures !!
    Chez Adecco le nombre de cadres qui pense être au forfait est hallucinant !! STOP aux heures non payées !!

  5. Ne soyez pas trop sévères avec les hamsters, il y a des pressions de tous les côtés, le DZ, les clients, les intérimaires, les budgets. J’ai longtemps été aussi un hamster puis j’ai ralenti et je vais beaucoup mieux et je gagne pareil, en plus je ne suis ni plus mal ni mieux considéré

  6. Très bonne idée. Et comme Adecco prône la BIG FAMILY, embarquons toutes les BU : Medical Adecco, LHH, Humando, Modis etc…

  7. Pas toujours facile avec les demandes des clients, les intérimaires et l’administratif. Bon j’essaie, je me lance il y a surement une vie après le boulot

  8. Respecter ses horaires c’est quand même le minimum ! Pas sûr que ça va suffire mais vous parlez d’une première étape, j’attends la suite. Perso ça fait longtemps que je respecte mes horaires 😉

  9. Pour que cela fonctionne, il faut un plan de communication.
    Quid de l’info à l’ensemble des salariés ?
    Et est ce une action CFE CGC ou intersyndicale ?

    C’est un début mais j’attends des actions qui seront plus impactantes pour notre direction comme la grève du reporting !

    • Merci AlexandreTesViré pour ton commentaire.

      Pour bien clarifier la situation, nous avons toujours dit que cette action n’est qu’une première étape – la deuxième si l’on tient compte de la pétition – qui ne suffira évidemment pas, c’est juste un préalable. Mais, symboliquement, elles est indispensable : pourquoi vouloir augmenter les salaires de salariés qui travaillent un certain nombre d’heures gratuitement et effondrent ainsi leur taux horaire ? Pour l’entreprise, c’est du bonheur : le travail est fait, les clients et intérimaires sont satisfaits et on n’embauche pas, ni ne prend la peine de revaloriser les salaires. Qui ne serait tenté de faire pareil à la tête d’une entreprise dont il tiendrait les rênes et dont les salariés accepteraient tout sans broncher ?

      D’autres étape arrivent et tu évoques la gréve du reporting. Nous n’avons pas le droit d’évoquer ce genre d’action mais nous pourrions inciter prochainement tous nos collègues à modérer leur ardeur et préserver leur santé. Nous prévoyons bien d’autres actions… mais une chose à la fois. Un plan com est en cours (pétition, articles, tract et surtout ce site relayé sur les réseaux sociaux).

      Pour être clair, l’action en cours est une action purement CFE-CGC mais nous incitons tous nos collègues cadres ou non à jouer le jeu.

      Ceci dit une intersyndicale s’organise qui jugera de la pertinence d’une bonne gréve classique à une date à déterminer.

      Une seule certitude : l’entreprise doit prendre en compte ses salariés, leurs efforts, la situation économique générale et l’inflation… Nous ne lâcherons rien !

  10. C est qu un début, mais il faut bien commencer quelque part…
    Je suis avec vous… et tous ensemble on arrivera à faire bouger les lignes.
    Arrêtons de subir, soyons acteur de notre avenir…

    • Bonne question tout à fait légitime. Ce site internet reste le principal vecteur d’information de nos actions et prises de positions et chaque article est relayé au quotidien sur les réseaux sociaux, notamment Twitter et Linkedin.
      Depuis juin 2008, ce site est mis à jour quotidiennement 5 jours par semaine et 12 mois du 12 : plus de 3 800 mises à jour, ce qui est unique dans le monde du syndicalisme et pas seulement dans l’intérim. D’ailleurs tous les dirigeants de notre profession s’y rendent régulièrement sans s’en cacher ainsi que leurs salariés. Il est devenu difficile de l’ignorer, après chacun le consulte au rythme qui lui convient. Pour rappel, notre pétition sur les salaires et le pouvoir d’achat a dépassé les 1 300 signatures !

      Pour ce qui concerne Adecco, ce site bénéficie d’une très forte audience et d’un lectorat fidèle que nous remercions chaleureusement au passage. Le seul point de faiblesse réside dans le turn-over et l’arrivée permanente de nouveaux collègues qui ne nous découvrent pas forcément tout de suite mais parfois au bout de plusieurs semaines ou mois.

      Mais le principal vecteur de diffusion de l’information repose sur l’ensemble de nos collègues dont tu fais partie : à chacun de faire suivre le lien vers ce site ou vers un article particulier, d’en parler, d’inciter les uns et les autres à nous lire. Un geste simple, rapide, gratuit mais si important pour le présent comme pour l’avenir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici