Les appels continuent à nous arriver de salariés désemparés face à la situation. Leur poste est supprimé et aucune alternative ne leur est proposée.

Ils sont rarement volontaires pour partir car il n’avaient pas prévu cette mauvaise nouvelle. Quand toutefois ils le sont, on ne peut leur répondre sur les conditions du volontariat, car rien n’est négocié.

Aujourd’hui, un salarié qui veut partir le fait sur la base de la démission ou de la transaction. Rien n’est changé pour le moment. N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.

Des salariés en Congé Individuel de Formation terminent leur cursus sans affectation de retour, des salariés en congé parental sont appelés chez eux pour les informer que leur poste est supprimé, etc. Le brouillage de la communication est total.

Que dire aussi du moral de ceux qui ne sont pas directement atteints par cette réorganisation ? Il est fait d’inquiétude, de colère et d’un grand sentiment d’injustice.

Un cadre, proche de nous, me demandait l’autre jour : « Est-ce vraiment un plan de réorganisation, un plan social ou est-ce que c’est une nettoyage ciblé ? ». Chacun apportera sa propre réponse mais je garantis que ces propos sont authentiques.

Si nous pouvons nous permettre un conseil : patience.

Ce serait dommage de partir à la sauvette avec un chèque alors que vos représentants du personnel au Comité Central d’Entreprise s’apprêtent à négocier un plan digne de ce nom avec, bien sûr, une compensation financière la plus importante possible, mais aussi des possibilités de formation, de VAE, d’aide au reclassement, etc.

Ce jour, réunion avec nos experts sur le sujet.

1 COMMENTAIRE

  1. C’est vrai que l’attente est insupportable… nous aimerions pouvoir au moins avoir quelques infos : ou en sont les négociations? vers quoi s’oriente-t-on? Les primes de départ tiendront-elles compte de l’ancienneté?….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici