A la CFE CGC, voici plusieurs années que nous faisons entendre notre voix pour que les cadeaux choisis correspondent aux attentes du plus grand nombre des salariés permanents et intérimaires

Le mécontentement quasi-général en ce qui concerne le cadeau de fin d’année 2008 (le duo de montres) nous a incité à demander un sondage grandeur nature auprès des 30 000 salariés ayant reçu les montres. Inutile de vous dire que les arguments en défaveur de ce sondage n’ont pas manqué : trop cher (quand on connait le montant des redressements URSSAF, des cadeaux non remis, défectueux ou mis directement à la poubelle, c’est presque risible), pas maintenant, pas utile, etc. Le cadeau de l’été dernier (coffret rose) avait pourtant lui aussi provoqué un véritable tollé.

A la CFE CGC, nous pensons pourtant que vous avez votre mot à dire car c’est votre argent qui est en cause et qui « passe par les fenêtres » pour reprendre l’expression d’un salarié, il y à quelques semaines.

Nous demandons par ailleurs, depuis des années, que le cadeau soit de fabrication française et européenne, en provenance de pays à forte législation sociale et sans recours au travail des enfants. S’il peut permettre de faire travailler des clients Adecco et donc des intérimaires ce serait encore mieux. Qu’il soit par ailleurs durable et de qualité.

Cette année, un salarié intérimaire a fait la proposition d’un jeu de pétanque de qualité, de fabrication française et ce à un tarif très compétitif. Pour un cadeau d’été, c’est de plus particulièrement bien vu.

Mais le cadeau d’été prochain vient d’être choisi par une majorité d’élus dont on se demande si la motivation principale est l’intérêt et le goût des salariés ou si elle répond à d’autres critères… Nous reviendrons sur le sujet.

Il s’agira d’une sorte de sac de voyage avec deux polos en coton made in Bangladesh.

La CFE CGC Adecco récuse la façon dont sont menés le choix des cadeaux et les appels d’offres. Jamais ses élus ne chanteront à l’unisson :

Je te tiens, tu me tiens, par la barbichette Le premier de nous deux qui rira Aura une tapette
Au bout de trois. Un! Deux! Trois!

Salariés permanents et intérimaires, exprimez-vous sur le sujet car il s’agit de votre argent. N’ayez pas peur, dites tout haut ce que vous nous confiez discrètement. Exprimez-vous car chaque cadeau, rien que pour France Est coûte près d’un million d’euros auxquels s’ajoutent les redressements URSSAF.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici