La CFE CGC, comme les autres syndicats représentatifs dans l’entreprise, a participé aux trois premières réunions de négociation sur les salaires 2012 mais ne demandez surtout pas à ses participants de combien les salaires vont être augmentés en 2012 : ils seraient bien incapables de vous répondre. D’ailleurs aucun participant à ces réunions ne pourra vous répondre tant le brouillage des cartes semble presque parfait.
Pour la première fois dans des Négociations Annuelles Obligatoires, la direction n’a communiqué aucun taux précis d’augmentation des fixes ou des parts variables, aucun indicateur qui puisse permettre d’approcher de près ou de loin l’évolution des salaires. En fait, elle n’évoque qu’une revalorisation des grilles de salaires et présente, fonction par fonction, une fourchette d’augmentation, avec un ratio de salariés concernés. C’est un peu obscur pour vous ? Pour nous aussi, mais ça semble fait pour…
Prenons un exemple, avec des chiffres fictifs mais malheureusement proches de la réalité. Prenons par exemple les attachés commerciaux. La direction nous annonce une augmentation des fixes comprise entre un minimum de 0,1% et un maximum de 6%, avec une moyenne à 0,2%. Déjà, sans avoir fait Math Sup, on imagine aisément que pour obtenir une moyenne aussi basse que 0,2%, il n’existe sans doute qu’un heureux gagnant à 6%, pour des raisons de régularisation sans doute, et une multitude de « sous-augmentés » situés en-dessous de 0,2%. Dans notre exemple, 0,2% d’une rémunération de 1 500 €, cela donne… 3 euros par mois… Pas de quoi sauter au plafond, sinon de colère.
Mais il y a mieux encore, ou pire devrait-on dire. Pour chaque fonction, la direction nous communique un ratio de salariés concernés. Poursuivons donc notre exemple sur la grille d’attaché commercial. Minimum 0,1%, maximum 6% et moyenne à 0,2% mais en plus, seuls 32% des attachés commerciaux seront concernés par ces royales augmentations, donc 68% n’auront pas le moindre fifrelin, pas même les 3 euros de notre exemple… Je rappelle que ces chiffres sont fictifs mais ressemblent étrangement à la réalité.
Que faut-il conclure d’une pareille mystification ? Tout simplement que les salaires continuent à être quasiment gelés ou en régression, que l’infime hausse des différentes grilles n’est impulsée que par la légère augmentation des salaires les plus bas qui n’est elle-même due qu’à l’augmentation du SMIC. La paupérisation continue et même s’accélère. La direction envisage même un certain nombre d’expédients pour camoufler cette triste réalité et il a même été évoqué une possible suppression des tickets-restaurant. Ce n’est qu’une hypothèse pour le moment mais vigilance.
Il faudra sans doute de fortes mobilisations en 2012 pour arrêter cet engrenage infernal et vous savez pouvoir compter sur nous. La seule mobilisation qui vaille pour l’instant, c’est un vote massif pour la CFE CGC, le syndicat qui vous défend réellement, qui dénonce, qui propose, qui revendique et qui porte vos attentes au plus haut niveau de l’entreprise.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici