« Nous ne pourrons pas, malgré ce que disent certains, faire payer les entreprises à hauteur de ce qu’elles devraient payer parce qu’elles sont elles-mêmes soumises à une concurrence mondiale très forte. Donc cela veut dire qu’il faudra demander des efforts très importants à des classes défavorisées. »
Alain Lambert, sénateur UMP de l’Orne
le 31/10/11 dans Marianne


Demain sur ce blogue :
Un curieux optimisme au sujet du Plan de départ volontaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici