Il y a exactement deux semaines, le lundi 11 février, un article dont on peut dire qu’il n’est pas passé inaperçu expliquait « Comment faire moins de placement permanent en une seule leçon« , en détaillant simplement la gestion erratique de cette activité et les conséquences logiques en découlant. Depuis, les remontées du réseau se sont multipliées et nous nous faisons l’écho d’une immense inquiétude sur la stratégie de l’entreprise et l’avenir des Consultants.
Voici une synthèse de ce que nous avons compris de la situation et croyez-nous, celle créée par cette nouvelle clef de répartition entre agences et consultants du chiffre d’affaires du placement est plus accablante encore que nous le pensions…
Merci aux Consultant(e)s pour leur contribution et nous nous contentons de reprendre intégralement les éléments qu’ils ont bien voulu nous transmettre :

Les conséquences négatives :

L’agence détecte un projet, le vend elle-même et le produit pour garder 100% de CA dans son EDG. Logique, c’est ce que nous annoncions.

Risque de ne pas arriver à servir la commande de la part des agences (chacun son métier) sur des commandes plus pointues.

Le consultant détecte un projet, le vend et le produit seul pour garder 100% du CA et s’assurer une rémunération correcte.

Mise en place de concurrence en interne dans un contexte économique difficile

Climat délétère qui n’arrangera pas les résultats de GPTW

Perte de confiance entre les équipes agences et les consultants

Aucune animation du PERM en agence par les Consultants

Perte de CA car la prestation sera vendue moins chère par les agences

Perte de clarté de nos intervenants chez les clients et des expertises mises à disposition

Intérêt d’avoir un réseau remis en question

Valeur Ajoutée du Consultant également remise en question

Perte de reconnaissance du Consultant

Questionnement sur l’avenir des consultants qui ont EXPERT sur leurs périmètres = doublons agences

La direction se décrédibilise auprès du réseau : les règles changent tous les ans ce qui interroge sur leur pertinence

Perte de CA Consultant (- 30% de ce qu’il aurait facturé normalement)

Atteinte du Seuil de Rentabilité plus lent à déclenchement du variable plus tardif

Perte de motivation à cause de cette décision prise sans prendre en compte le passé, ni écouter l’avis du réseau + variable toujours tiré vers la bas.

La conséquence positive :

Intérêt financier pour l’entreprise

(Intérêt théorique et, au mieux très provisoire. Les fantasmes arithmétiques s’accommodent mal à la réalité et semblent expliquer la majeure partie des difficultés des entreprises. Ces dernières semblent tout simplement oublier le facteur humain. NDLA)

(Suite à compléter par la direction)

Demain sur ce blogue :
Discrimination  syndicale chez Adecco : un élu CFE CGC parle

Mercredi :

Faut-il craindre un nouveau PSE en 2013 ? 
Vendredi prochain :
Maître Yakafokon, le retour 

2 Commentaires

  1. Il faut ajouter à la concurrence agence/consultant la concurrence entre consultants. Il faut noter que certains n'hésitent pas à se positionner sur les projets d'autres consultants, bien entendu sans rien dire (secteur géographique ou portefeuille clients) ou à faire abstraction des règles "expert". A quand un réel contrôle des pratiques et une application des règles de manière homogène par tous???

  2. bonjour,
    Ce mot pour rebondir au message précédent. Eh oui! Les temps sont durs, les consultants sont semblables à certaines agences qui n'hésitent à déborder sur le périmètre de leurs camarades…À qui la faute?
    Dans tous les cas, n'est ce pas le but recherché : diviser pour mieux régner? En attendant des règles du jeu qui ne seront jamais fixées et surtout pas suivies….Des fois que cela créerait une bonne ambiance…..

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici