En négociation salariale de branche, le moins qu’on puisse dire c’est que le pactole du CICE contribue à l’animation des débats. Entre une direction du PRISME harpagonesque, crispée sur sa chère cassette débordante des millions du CICE et les partenaires sociaux qui estiment, à juste titre, qu’une partie de cette manne doit revenir aux salariés, les débats s’avèrent parfois houleux.
Pensez un peu : c’est un milliard d’euros sur deux petites années qui seront versées à la profession, avec 400 millions pour la première année du dispositif, 2013, et 600 millions pour 2014. Soit si l’on prend en compte une part de marché Adecco, arrondie à la louche à 20%, cela devrait devrait représenter une part de gâteau d’environ 200 000 000 d’euros (200 millions) de CICE pour Adecco France sur les années 2013 et 2014. Cette somme monstrueuse dépasse, et de loin, le résultat d’exploitation de l’ensemble du réseau. C’est le loto, le jackpot et le tiercé dans l’ordre cumulés.
Cette fabuleuse somme distribuée aux entreprises se trouve normalement destinée à contribuer à abaisser le coût du travail et à favoriser l’investissement bien plus qu’à améliorer la rémunération des salariés, c’est vrai. Il n’empêche que certaines entreprises semblent nettement moins pingres que d’autres et les larmes de crocodile du PRISME ne peuvent faire oublier que certaines entreprises de travail temporaire vont doubler ou même tripler leurs résultats avec ce cadeau tombé du ciel, ou plutôt du fruit de nos impôts et taxes.

La position du PRISME est limpide et peut se résumer à « circulez, il n’y a rien à voir ». En revanche, chez Crit, par exemple, on se montre nettement moins psycho-rigide et c’est une prime de 750 euros que percevra l’ensemble des salariés. Chez Ranstad rien n’est vraiment validé mais il se pourrait que les salariés bénéficient d’une prime de quelques centaines d’euros. Mieux que rien.

Chez Manpower, la négociation sur le sujet n’a pas encore démarré mais la palme revient sans conteste à Start People dont la prime pourra s’élever à près de 3 000 euros pour les directeurs d’agence. Nous publierons les avancées de nos concurrents sur le sujet au fur et à mesure des informations reçues.

Chez Adecco, à ce jour, c’est zéro centime…

4 Commentaires

  1. Personnellement j'ai reçu 3 remerciements et 1 bonne continuation…
    Bon, j'avoue après 2 semaines je cherche encore mais c'est pour trouver un vrai travail !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici