Le moins qu’on puisse dire, c’est que le sujet est sensible… Depuis la parution de notre article « Exit la prime d’ancienneté, voici la prime de fidélité« , commentaires, courriels et appels téléphonique nous démontrent que le sujet s’avère infiniment moins simple qu’i n’y parait au premier abord. Nombreuses sont les remontées qui font état d’un manque à gagner par rapport au système encore en vigueur à ce jour. D’autres confirment au contraire l’intérêt du  nouveau calcul appliqué à leur situation personnelle.  Pas question pour nous de trancher car les deux grands courants d’opinion ont sans doute raison chacun. Comme pour les systèmes de rémunération, quels qu’ils soient, il y aura toujours des gagnants et des perdants, l’important demeurant l’estimation des pertes et gains et les effectifs concernés.

Désolé de citer mon propre cas mais c’est celui qui me vient spontanément à l’esprit. Ayant perçu la prime jubilé des 25 ans en juin dernier, soit 2 300 € (moins près d’un quart de charges sociales et moins l’impôt sur le revenu…), je serais perdant de 300 € par rapport à la nouvelle grille de calcul (dans l’hypothèse où elle m’aurait été appliquée depuis mon entrée dans l’entreprise) si je venais à quitter l’entreprise dans les prochains mois. En revanche, dès le mois de juin prochain, je redeviendrai gagnant en percevant les 500 € prévu pour la 26ème année de présence, au lieu d’attendre un prochain palier de cinq ans. Donc, perdant aujourd’hui mais gagnant dans neuf mois et davantage encore en 2017, 2018 et 2019.

Bref, le sujet s’avère à la fois complexe et sensible et nous vous proposons de poursuivre l’information sur le sujet. Envoyez-nous vos remarques, calculs, votre situation personnelle afin que nous puissions alimenter le débat et contribuer ainsi à l’information de tous dans la plus grande transparence.

3 Commentaires

  1. Si je prend votre cas : sauf erreur de ma part vous serez perdant en 2020 et 2021 avant de retrouver du posifif entre 2022 et 2024

    Autre point : La condition de présence (sans départ prévu) n'est plus le 1er du trimestre suivant l'ancienneté mais du mois de juin
    => ce qui devrait pousser à limiter les départs avant l'été

  2. J'ai lu tous les commentaires sur le sujet et tout le monde a raison.Il y a des perdants et des gagnants mais le tout c'est de savoir si il y a plus de perdants que de gagnants ou le contraire. Personnellement je perds 150€.Bref ce n'est pas un super cadeau de la direction mais juste un recalcul financier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici