Le 4 mai dernier, sous le titrer « Donner, c’est donner« , nous évoquions l’anomalie qui consiste à reprendre aux salariés ce qu’il est convenu d’appeler le « trop-perçu ». Nous soulignions l’aspect choquant de la démarche, une démarche qui consiste, dans une entreprise qui a cryogénisé les salaires fixes depuis dix, rappelons-le, à reprendre un argent versé par erreur, puisque c’est bien de cela qu’il s’agit.
Depuis notre article, les témoignages se multiplient. Ce sont des salariés auxquels est retiré ce fameux trop-perçu, sans aucune prévention d’aucune sorte, mettant les salariés concernés dans une situation difficile et provoquant bien souvent un découvert bancaire sur lequel il faudra payer des agios.
Sans parler du manque de considération et de respect que cette démarche cavalière suppose.
Mais il y a plus grave. Ces revenus gonflés artificiellement par un argent indu que l’on retire ensuite peuvent faire perdre un certain nombre d’avantages sociaux aux victimes de tels agissements dont on sait qu’ils dépendent tous de seuils à ne pas dépasser. Logement, primes et allocations diverses sont ainsi perdus par ceux qui ont eu la bonne fortune de percevoir plus qu’ils ne devaient avant qu’on ne leur retire le trop-perçu.
Ces sommes retirées vont de quelques euros à plusieurs milliers. Le dernier témoignage reçu d’un Directeur d’agence évoque un trop-perçu de 2 700 euros alors qu’il perçoit un salaire fixe mensuel de 2 100 €… Sans parler des tranches d’imposition et l’on sait que le moindre dépassement vous fait passer dans la tranche supérieure d’imposition à cause d’un argent qui n’a fait que passer sur votre compte en banque… Qui trinque au final ?
Ces anomalies doivent cesser au plus vite et il est aberrant qu’un système de rémunération ne puisse rémunérer plus précisément des salariés, quitte à ajuster en fin d’année, de semestre ou de trimestre.

3 Commentaires

  1. Donc en somme:
    – On a pris une carte à la CGC : Ok fait.
    – On a mis ses petits papiers dans l'enveloppe de élection : Ok fait.
    – On pousse ses petits camarades de jeu à voter aussi : Ok fait.

    Et maintenant …… Comment fait-on pour "Faire cesser au plus vite ces anomalies" ?
    Vous semblez dire que rien ne peut empêcher l'entreprise de reprendre son "dû"…… donc nous sommes encore/toujours les couillons de l'histoire.

    Sérieux… personne ne se bouge de peur de se faire taper sur la tête.
    Ras le bol de ces salades.

    Quand on s'intéresse aux PV de CE, DP, CHSCT…. nous pissons contre le vent.
    Tout revient systématiquement sur les pompes de ceux qui gavent nos chères patrons : L'agence.

    Donc encore une fois : QUE PEUT ON FAIRE SI CELA NOUS ARRIVE ????

  2. Difficile question. Je vais peut-être laisser l'un ou l'autre collègue répondre dans les commentaires et si personne ne s'y colle, je dirai comment je vois les choses.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici