Nous ne pouvons toujours pas légalement diffuser les éléments de la négociation salariale en cours, d’autant qu’elle n’est pas totalement aboutie. Mais nous pouvons déjà vous annoncer sans trop risquer de nous tromper une proposition indécente et même une provocation. Si l’on s‘échauffait un peu on en viendrait à parler de « foutage de gueule ».

Comme chaque année, avec de moins en moins d’enthousiasme, c’est vrai, nous déposons des propositions réalistes et équilibrées, prenant en compte l’intérêt des salariés comme la faisabilité. Nous nous disions qu’au vu des résultats du groupe et du niveau d’insatisfaction du réseau, cette fois enfin, après dix années de blocage des salaires fixes, l’entreprise marquerait le coup de façon significative. Hélas…


Depuis des mois, nombre d’entre vous nous interpellent lors de nos visites ou au téléphone pour nous dire en substance : « Quand est-ce que vous allez bouger, le réseau n’en peut plus » ou « on a voté pour vous, alors ne nous décevez pas, lancez des actions » ou plus concrètement encore « à quand un mouvement de grève et cette fois je peux vous dire qu’il sera suivi tant on en a ras le bol« .

Par expérience, nous sommes toujours un peu circonspects car ces légitimes mouvements d’humeur sont trop souvent suivis de nombreux débalonnages grandeur nature. Le jour « J », l’un des boutefeux a prudemment posé un jour de repos RTT, un autre évoque un rendez-vous client obtenu de haute lutte, un autre encore estime impossible une absence de l’agence par le fait qu’il ne serait pas concevable de la fermer totalement une journée. Tout cela peut s’entendre mais un jour il va bien falloir mettre le prix pour que les choses changent vraiment et l’on ne peut obtenir tout à la fois le beurre, l’argent du beurre et les faveurs de la crémière. Ceci dit, une fois publié les résultats des NAO, nous vous entendrons, écouterons vos attentes et vous proposerons d’agir avec vous, bien entendu.

Si la proposition de la direction se trouve maintenue en l’état, il s’agira selon nous d’une énième provocation à laquelle nous répondrons de manière appropriée et selon plusieurs modalités. Si c’est une provocation, elle a bien un objectif, non ? Nos sympathisants et lecteurs habituels devrait pouvoir répondre à cette question.

Nous gardons néanmoins un infime espoir pour que la direction sorte de son autisme et revienne à la raison mais le temps passe et pour les représentants du personnel comme pour tout un chacun, la patience a des limites qu’il convient de ne pas dépasser.

4 Commentaires

  1. On ne peut que rejoindre ce constat!

    Un extrait retrouvé sur le site: http://www.service-public.fr: "Le droit de grève est un droit reconnu à tout salarié dans l'entreprise. La grève est définie comme étant la cessation collective et concertée du travail en vue d'appuyer des revendications professionnelles."
    Tôt ou tard, il faudra savoir faire valoir ce que les permanents ont exprimé dans les urnes!
    Mais c'est un mouvement collectif et non d'un minimum d'individus qui se battent pour les autres pendant que ceux-ci prétexte une impossibilité de rejoindre le mouvement.
    Il est demandé au réseau de planifier ses rendez-vous, il faudra pouvoir planifier un instant collectif.
    Sinon beaucoup pourront se plaindre encore devant la cafetière pendant des années…

    Etes-vous prêts? Sommes-nous prêts à agir? Toi qui lis ce message, iras-tu jusqu'au bout?

  2. Pour notre avenir, Collègues Permanents!

    Soyons forts!

    On dit que l'union fait la Force.
    Même pour celles et ceux qui sont dans une zone de confort aujourd'hui, demain, quel sera votre avenir?
    Combien y ont cru et quelques mois après, la grande roue stratégique de nos organisations les a pénalisé.

    Personnellement je n'ai jamais eu à faire ni à la CFDT, ni à l'UNSA, ni à la CFE.
    Il y a encore un an, on m'aurait déroulé un tapis rouge alors que je suis toujours restée humble et depuis Septembre, je suis devenue la Collaboratrice qui doit sortir.
    Même mon équipe serait devenue mauvaise du jour au lendemain.

    Personnellement, j'attends le GO, et je serai avec celles et ceux qui ont su donner et qui aujourd'hui sont remerciés sans augmentation, sans moyens et surtout avec de la pression!

    Soyez fortes et forts, beaucoup sont dans ce même bateau.

    Amicalement

    Une DA qui a perdu confiance en sa société

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici