Depuis notre article « Menace sur les agences BTP« , il y a un peu plus d’une semaine, les informations ne cessent de tomber de toutes les régions. Elles émanent de collègues des agences BTP, bien sûr, mais pas seulement. Tous ont compris que la direction s’apprête à faire subir au réseau une sévère cure d’amaigrissement et la chasse aux agences non rentables est ouverte. Nombreux sont les salariés permanents travaillant des des agences estimées « non rentables » inquiets pour leur devenir et on le serait à moins. Mutations proposées, avec rétrogradation à la clef, ruptures conventionnelles, licenciements pour objectifs non atteints, ce qui n’était pas très fréquent chez Adecco, tous les moyens sont bons pour diminuer effectifs et réseau d’agences en vue de regroupements. C’est, comme nous le confirment un certain nombre d’interlocuteurs élus ou non, un véritable plan social larvé, non déclaré, qui est mis en œuvre.
Et pourtant, la plupart des agences jugées non rentables aujourd’hui l’étaient hier, avant l’envolée des ponctions effectuées sur leurs états de gestion. Elles ont été rendues déficitaires par aspiration, captation et prédation de prélèvements proprement démentiels, diminuant d’autant leurs résultats. Depuis 2013 nous alertons sur les conséquences de la valse des systèmes de rémunération toujours moins rémunérateurs et sur le siphonnage en règle des agences.

Pour mémoire, relisez ce que nous écrivions le 15 mai 2013, il y a plus de trois ans et demi : « En 2014, c’est une autre histoire puisque les ravages de la confiscation
totale (ou contribution totale, je ne sais plus très bien) seront alors
rendus évidents pour tous puisque des centaines d’agences se
retrouveront arithmétiquement (et artificiellement) en négatif en fin
d’année 2013. Nous l’avons dit et écrit à plusieurs reprises, la
fonction principale du nouveau mode de calcul des EDG consiste
essentiellement, outre une prédation considérable sur les rémunérations,
à rendre mécaniquement déficitaires plusieurs centaines d’agences
aujourd’hui bénéficiaires afin de justifier ainsi un nouveau plan social
qui permettra de réduire de façon significative la dimension du réseau.
Toujours moins d’hommes, d’agences, de structures…. et toujours plus
de finances. Tout était dans notre fameux tract « La finance expliquée
aux nuls
« .
 Il s’agissait donc bien entendu de « faire de l’argent » vite et beaucoup mais pas seulement : rendre un nombre important d’agences déficitaires, c’est permettre très logiquement une contraction du réseau, contraction qui vient à point, en parallèle de la marche forcée vers la digitalisation. Une entreprise ne peut conserver indéfiniment des centres de profits déficitaires, n’est-ce pas ? Imparable.
Le processus semble loin d’être achevé et la multiplication des dates de réunion du Comité central d’entreprise n’augure rien de bon. L’insatiable ogre zurichois attend sa pitance et il n’y a aucune chance sérieuse que son appétit s’amenuise en 2017. Compte tenu du niveau des prix pratiqués chez les grands comptes et de la faible rentabilité qui en découle, il va bien falloir conforter notre position de « leader par les coûts »… 

En
cette période de tension maximale sur les coûts, avec les répercussions
que l’on sait sur les effectifs, l’arrêt des CDD et la fermeture
d’agences, il nous semble opportun de relire « 
Maître Yakafokon évoque le désengagement de la holding Jacobs
« , paru le 26 mars 2014.

2 Commentaires

  1. Bonjour cher collègues,

    Pour ceux à qui on va indiquer la sortie après plusieurs années de bons et loyaux services en vous expliquant que vous n'êtes plus bons, que maintenant il faut vivre au temps de la digitalization, etc…
    Pour ceux qui se diront "on s'est bien foutu de moi" comme c'est le cas pour moi. Si les ouvriers d'usine se battent contre le démantèlement de leur outil de travail, moi, qui suis en sursis dans ce groupe, je vais aussi me battre à ma manière. Ayant accès encore aux fiches clientS/CI/candidats,une simple modification informatique (ex:un chiffre dans un numero de telephone)et je souhaite "bon courage" à la machine qui va me remplacer.
    Voilà chers collègues un moyen de faire comprendre à cette Direction inhumaine que notre métier c'est justement de l' Humain.

  2. Ne t'inquiète pas. Toutes machines a ses limites!
    E-doc bloqué 3 jours ouvrés. Bravo! On arrête pas le progrès.
    La digitalisation chez Adecco, on en est encore loin. A part nous faire perdre des clients et des candidats comme c'est géré, c'est tout ce que l'on va gagner.
    Pour la direction, il faut que la grosse machine crache. Sauf que si elle ne met pas de carburant dedans, la machine va cracher noir, tu sais les fonds de cuves ou de réservoirs. C'est souvent de la m… que l'on trouve dans le fond d'ailleurs.
    La digitalisation oui, mais ce qui fait la réussite des petits, c'est leur proximité, même pas besoin de CE.
    Maintenant on envoie clairement "chier" les candidats en leur disant d'aller s'inscrire sur internet. Un site d'ailleurs qui déconne à plein tube.
    Si Messieurs DEHAZE et CATOIR voient ce post, qu'ils prennent de bonnes résolutions pour la nouvelle année. Y parait que c'est la coutume les bonnes résolutions à la nouvelle année!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici