Un jour vous recevez une exhortation à traquer la moindre dépense inutile et à radiner sur tout et sur rien, à repérer le moindre fifrelin injustement dépensé. On vous explique que pour devenir leader par les coûts, il faut chaque jour se serrer la ceinture, gratter euro après euro, stopper les CDD qui pourtant contribuent à faire tourner les agences, ne plus retenir de stagiaires et vivre le plus chichement possible. En bref, devenir un parfait grippe-sou.
Et voici que quelques jours plus tard vous recevez une invitation des Alumni, envoyée à 200 destinataires, qui poursuivent leurs tournées gastronomiques et vous invitent à ripailler gratos à Tours le 26 septembre, soit hier soir, et pour la troisième fois de l’année dans l’Ouest. Juste après une mémorable soirée à Biarritz quelques jours avant où les Alumni avaient allumé le feu. Les destinataires de l’invitation ont même été dûment priés de faire de la retape auprès d’anciens salariés Adecco, toutes entités confondues (Médical, PME, Spring, Badenoch…), histoire d’être les plus nombreux possible et visiblement sans la moindre contrainte budgétaire. Ce qui ne gâte rien, bien au contraire. Plus on est de fous plus l’on rit, dit-on, mais visiblement plus on est de morfales plus on boustifaille !

En 2015 déjà, nous nous étonnions de l’absence d’objectifs de cette association qui multiplie les tours de l’hexagone et tient table ouverte dans toutes les régions de la doulce France sans pour autant produire quoi que ce soit qui puisse enrichir le réseau et le faire bénéficier des expériences de ces anciens collaborateurs gueuletonneurs . Dans notre article « L’amicale des anciens Adecco s’appelle Alumni« , nous écrivions : « Se réunir, très
bien, mais pour quoi faire ? Les souvenirs d’anciens combattants ne
peuvent suffire à alimenter durablement une organisation qui se voudrait
tournée vers le présent et l’avenir. Y manqueront forcément une vision,
un projet, un programme structurant autour d’un certain nombre de
thèmes. Des réflexions aussi, sur la gouvernance d’une entreprise, le
management, les erreurs passées et leurs leçons, la situation
économique, l’évolution de la profession… Pourquoi pas un cycle
d’interventions, de conférences, un bulletin d’information, etc… ?
« . On ne peut pas dire que nous ne leur soumettions pas de pistes prometteuses ! En vain, apparemment.


Enfin, dans cette période de restrictions budgétaires drastiques, ne pourrait-on imaginer davantage de transparence et un partage d’efforts de la part de structures périphériques, aimables certes, mais non productives ?

5 Commentaires

  1. En parlant de dépenses. Je voudrai avoir votre retour sur les CDI intérimaires en intermission.
    Dans mon agence, 4 CDI TT sont sans travail depuis presque 1 mois avec la baisse d'activité et aussi un peu de mauvaise volonté (on fait en sorte que l' EU vous arrête quand le mission ne plait pas). Au vu de la pression de la Direction et du stress de notre CA, j'imagine qu'il y aura sûrement un impact tôt ou tard sur l'agence. Avez-vous des infos ou des témoignages sur ce fait?

  2. Bonjour cher Anonyme de 7h49
    Sur les CDII, notre position n'a pas varié : c'est une bonne formule à condition de ne pas en abuser et de mesurer à l'avance les impacts d'un ralentissement économique.
    La encore, nous avons tout dit et à ce sujet, voir notre article "Les risques pour l'agence de conclure trop de CDI intérimaires" : https://cfecgc-adecco.blogspot.com/2018/10/les-risques-pour-lagence-de-continuer.html

    Oui, il y aura des impacts sur les agences et oui nous recevons des témoignages de l'inquiétude de nombreux collègues, champion du CDII mais qui commencent à comprendre que si le marché se retourne, ils devront affronter de très gros problèmes.

    Cordialement
    P/o l'équipe CFE-CGC Adecco

  3. Toujours pareil, il y a des restrictions budgétaires mais pas pour tout le monde et surtout pas pour ceux qui ne produisent rien !!! C'est logique ça ???

  4. Je confirme que c'est de la GMMR qui vient directement déduire la marge brute de l'agence ! et vient impacter directement du coup les résultats de l'agence !
    Bref plus vous avez d'intermissions, plus vous payez de la GMMR = Impact directe dans votre marge brute, double effet !

  5. Tout a fait exact il faut que tu regardes ton solde de gmmr , postif ou negatif . Le risque est en effet d,impacter directement ta MB . Cdi i oui mais avec parcimonie 😁

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici