L’outil incontournable du manager
Que se passe-t-il ? Il faudrait être sourd pour ne pas entendre les inquiétudes qui montent du réseau. La situation devient de plus en plus délicate et même ceux qui, hier encore, affichaient un bel optimisme, commencent à s’interroger sur leur devenir et celui de l’entreprise. Ce n’est pas parce que nous sommes en période électorale et qu’il convient donc de ménager la direction et notre électorat que nous tairons ce que vivent nos collègues. Ceux qui nous suivent régulièrement savent que ce n’est pas le genre de la maison.
Nombre de managers nous font part de leur surprise de ne pas encore avoir pris connaissance de leur budget 2020, un budget non négociable, rappelons-le. Nous savons qu’ici et là des consignes ont été données pour gagner un peu de temps avant l’annonce qui fâche. Et puis sachez que les Directeurs de zone, des cadres comme les autres, ont du mal à avaler la dragée. Les voici chargés d’imposer des budgets en augmentation de 30 % environ à des équipes parfois épuisées, souvent démotivées, sans aucune marge de manœuvre salariale.
Pourtant, tout le monde sait ou devrait savoir que l’année 2020 promet d’être particulièrement difficile sur le plan économique comme le confirme l’OCDE qui annonce une croissance au plus bas depuis la crise financière 2008-2009. Cela ne fait que confirmer nos avertissements publiés à plusieurs reprises sur ce blog. Budgéter dans ces conditions à + 30 % relève à minima d’un inquiétant déni de réalité. Sans parler des objectifs audacieux concernant les CDI intérimaire, de l’ordre de 50 % !
L’entreprise va bien, très bien même, comme en témoignent les derniers indices boursiers. Avec Adecco, l’actionnaire est un homme (oui…oui… ou une femme) heureux. Il peut dormir sur ses deux oreilles puisque la direction du groupe lui promet un revenu progressif, même en cas de récession : « Le programme d’optimisation doit générer à compter de l’an
prochain des économies de l’ordre de 250 millions d’euros. La direction
promet par ailleurs depuis quelque temps aux actionnaires une
rémunération « progressive », y compris en période de récession ».
(ZoneBourse). L’analyste de Zonebourse précise même : « Cours de l’action :
la nominative Adecco s’est enrobée depuis
janvier de plus de 27%, surclassant ainsi un SMI en progression de près
de 22% sur la même période. Le titre s’échange désormais à près de 59
francs suisses
« . C’est décidé, quand je serai grand, je serai actionnaire Adecco…

Qu’est-ce qui justifie alors cette pression folle sur les équipes et sur les coûts ? Nous apprenons que le Kick Off national est supprimé pour Solutions (alors qu’il est maintenu chez Onsite…). Cette occasion annuelle de se revoir, au delà des mutations et situations géographiques personnelles était l’un des temps forts de l’entreprise. Une occasion de tenter de redonner l’envie d’avoir envie à des troupes démobilisées, de se revoir entre collègues autour d’une bonne table, d’échanger, de rire, de partager… Supprimé ! Par mesure d’économie, c’est évident, mais sans doute aussi pour éviter l’expression trop visible d’un mécontentement quasi-généralisé. A moins que la direction ne sache plus que dire et que faire…

Un autre exemple choquant parmi tant d’autres de cette radinerie exacerbée, les managers ont pris connaissance de l’interdiction qui leur est faite de terminer l’année sur un (même modeste) repas avec leur équipe sur les frais d’agence. Même si vous dégagez 50, 100, 200 000 euros de résultats et parfois même davantage, il vous est donc interdit d’envisager le moindre repas de fin d’année avec votre équipe qui a trimé à vos côtés ces douze derniers mois. Certains managers nous remontent le conseil qui leur a été généreusement prodigué de procéder selon le principe de l’auberge espagnole : on ne mange que ce que l’on apporte. En clair, l’un apporte du jambon, un autre le calendos, le troisième les baguettes et la bière (sans alcool, of course, politiquement correct oblige !).

Notre conseil du jour, puisqu’il faut bien tenter de garder un brin d’humour : n’oubliez pas votre Opinel pour les casse-dalles ! 

Mais surtout, pensez à voter au second tour, du 4 au 18 décembre, pour le syndicat qui vous représente réellement et parle haut et fort  en votre nom. 

20 Commentaires

  1. Chers ex-collègues,
    Adecco vous crache à la figure. Que les pontes de la direction (DO,DZ,RVZ,…) s'accrochent à leur siège je le comprends car il n'y a pas de la place pour tout le monde dans les autres ETT au vu de leurs " grandes compétences" et surtout leurs "belles" rémunérations.
    Mais vous les "petits", ceux qui sont à la "production" et qui finalement font vivre tout ce beau monde. A moins d'être dégoûté par le métier, il existe plein d'autres ETT prêtes à vous accueillir.
    Adecco pense vous tenir avec la clause mais c'est vous qui les tenez. Soyez moins réactif, moins investi, respectez scrupuleusement vos horaires, ne venez plus au travail avec de la fièvre,…. Et vous verrez, on vous trouvera moins "corporate". Le choix sera simple et, a moins d'être à quelques mois de la retraite, comment, dans notre métier qui demande un investissement important, continuer pour une entreprise qui ne vous respecte pas?
    On m'a toujours appris qu'un bon commercial défends bien les intérêts de son employeur si déjà il défends les siens avec énergie.

  2. ça ne vaut pas celle qui voulait nous faire dormir à plusieurs dans des tentes et pique-niquer dans la cambrousse. On vit une époque formidable !
    Note qu'il vaut mieux s'habituer maintenant à l'austérité

  3. en effet , ne pas pouvoir offrir un restau de fin d année a son equipe qui a bossé a fonds toute l'année .
    je comprends , les temps sont dure , on ne raméne pas grand chose a lentreprise . au fait combien on fait de resultats ???
    450 kE de CT a fin octobre …… en effet pas de quoi payer un restau de fin d année 🙂 un seul mot HONTEUX

  4. Des budgets mystérieux ,des DZ en mode dépité , une ambiance morose bref la fin du monde alors que concrètement tout va bien
    Oui nous créons de la valeur et meme beaucoup mais pas assez pour les actionnaires
    Il est temps de partir , faire tout aussi bien et plus sereinement notre métier
    Pas de compassion pour une entreprise qui n en â plus pour nous

  5. Lamentable, l'année dernière il y avait déjà eu 2 ou 3 allers-retours entre notre agence et le DZ. Cette année rien. Viennent s'ajouter les restrictions sur les repas, les chocolats, comment passer pour des idiots avec 10 calendriers de l'avent pour Noël.
    Il est grandement temps que le vent tourney. Mettons nous en conges maladie tous la même semaine.

  6. scandaleux!!! comment se passer de variable avec des salaires aussi misérables et que dire de cette reconnaissance de l'investissement désormais inexistante?… stop!! On ne peut plus subir sans rien dire. Nous sommes plusieurs à vouloir élever nos voix et sommes prêts à faire grève voire même tous se mettre en arrêt pour 1 semaine…Nous n'en pouvons plus!! Nous sommes en attente d'une mobilisation massive!

  7. Il est vrai qu'il est temps de se mobiliser, encore de nombreux collègues poussaient vers la porte cette semaine dans l'ouest , c'est très inquiétant

  8. Ils nous font mal ,très mal et surtout payer leur stratégie inadaptée et improductive, on nous fait payer leur erreur professionnelle, ils doivent prendre leur responsabilité et assumer, ce n'est pas au réseau d'assumer les erreurs

  9. Ce que je ne comprends pas, c'est que le réseau est à bout et face aux signaux d'alarmes, les syndicats ne bougent pas ? ! est ce que c'est parce que nous sommes en période électorale ? ou alors vous n'osez pas aller au front et vous préférez assurer votre mandat ? c'est clair que vous nous défendez mais pour avoir assister à certaines de vos conversations dans un taxi sans que vous sachiez qui j'étais, vous protégez vos "avantages" ce que je peux comprendre mais là concrètement vous etes en complet décalage avec le réseau, et clairement moi qui suis DA, je n'ai aucune confiance dans vos actions

  10. A quand des syndicats unis qui bougent ! devant le manque de transparence devant les budgets, et devant une direction qui panique, qui va fixer des objectifs complètement en décalage !!! cela fait 15 ans que je suis dans l'entreprise et c'est la première fois que je vous une direction complètement perdue !!!!! vous etes des incapables !

  11. J'ai volontairement publié le commentaire très critique de "Anonyme", le 1er décembre à 20h10 afin de pouvoir y répondre.

    D'autant que ses critiques concernent sans doute quelques élus ne remplissant pas leur fonction mais nous ne nous sentons pas concernés du tout.

    Qui donne autant d'information que nous ? Qui, en période électorale ne craint pas de continuer à dire la vérité toute crue, même si elle dérange et nous vaut des désagréments ? Si vous lisez nos tracts et notre blog, vous avez la réponse.
    Donc, tout d'abord, ne mettons pas tout le monde dans le même sac.

    Ensuite, que font les syndicats ? Certains rien, nous sommes bien d'accord… et d'autres ce qu'ils peuvent.

    Sans les salariés, nous ne pouvons rien faire et vous le savez. Voulez-vous que l'on rappelle le taux d'abstentionnistes au premier tour ? Combien suivent vraiment les syndicats et sont prêts à s'investir avec nous ?

    Parmi ceux qui nous réclament une gréve, combien la feront ? Ont-ils seulement voté ? Sont-il adhérents d'un syndicat digne de ce nom ?

    Nous, CFE-CGC, sommes-là. Connaissez-vous un syndicat qui vous en dise plus ? Parcourez notre blog, relisez nos tracts, vous risquez d'être étonné(e).

    Même si votre confiance dans les syndicats demeure limitée, s'il-vous plait, ne mettez pas tout le monde dans le même panier. Tout ce qui vient, nous l'avons prévu, annoncé et surtout écrit. Les paroles s'envolent mais les écrits restent. Il est grand temps de nous rejoindre, de nous aider, d'appeler par tous les moyens à voter au second tour. Merci d'avance.

  12. Ce blog existe depuis de nombreuses années et les remontées de salariés mécontents affluent presque au quotidien.
    Sans parler de grève, il faut avouer qu'il y aurait tant à faire. Non saisie des actions co, non présence aux kick off, …
    Personnellement j'ai toujours voté aux élections pro. Mais il faut avouer que l'action syndicale chez Adecco est d'une faiblesse abyssale.
    Certes tout le monde n'est pas a mettre dans le même sac, mais nous sommes quand même nombreux à nous poser des questions.
    Notre maison brûle et personne ne fait rien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici