Chaque
jour leur nombre s’accroit mais aujourd’hui ce sont 337 000 entreprises
qui ont demandé à bénéficier du dispositif activité partielle qui
impactera 3 600 000 salariés. Du jamais vu. La situation est aussi
incroyable et inédite sanitairement parlant que socialement quand on réalise que plusieurs millions des salariés concernés viennent de perdre
brutalement 16% de rémunération nette. Les effets prévisibles sur l’économie, la
consommation et l’épargne laissent muets les économistes d’ordinaire si
prolixes mais gageons que, sitôt la situation sanitaire améliorée, ces
sujets monopoliseront les plateaux TV et la une des grands médias
écrits. Tous ceux qui ne savaient pas nous expliqueront en long, en large et en travers qu’en fait ils savaient et gloseront au kilomètre sur ce qu’il convient de faire et de penser.


Heureusement,
une bonne partie des entreprises en capacité de le faire complèteront
le manque à gagner de leurs salariés en activité partielle mais combien
d’autres, impécunieuses ou radines, s’en tiendront au minimum légal ? Comment s’en sortiront les millions de salariés qui n’arrivaient déjà pas à joindre les deux bouts ? Et toutes ces mamans isolées terminant les mois en grattant les derniers euros au fond du porte-monnaie ? Les charges fixes se moquent bien du chômage partiel et de ses conséquences. Il en va de la responsabilité des entreprises en capacité de le faire de jouer la solidarité et d’aider leurs salariés, leur principale richesse et ressource, à passer ce pénible cap.

Une crise économique et financière annoncée 

Depuis plus d’un an, bien avant l’apparition du coronavirus, nous avons à plusieurs reprises alerté sur la crise à venir. Dès octobre 2018, il y a près d’un an et demi, nous écrivions sur ce blog « une nouvelle
crise approche et les banquiers s’y préparent. Les tenanciers douteux du
grand Casino mondial en ont décidé ainsi. Il ne faudra surtout pas,
comme lors de la crise de 2008, que l’on vienne nous clamer que la crise
avait surpris jusqu’aux meilleurs analystes financiers et que personne
n’avait pu anticiper et bla-bla-bla
« . Des dizaines d’articles  et analyses, le plus souvent ignorés du grand public,
annonçaient avec insistance une crise économique et financière de grande
ampleur en 2020-2021, précisant qu’elle s’avérerait bien plus grave que celle de 2008-2009 – certains la comparent même à celle de 1929 – qui avait
abouti, rappelons-le, à un Plan de sauvegarde de l’emplois (PSE) suivi
un peu plus tard d’un Plan de départ volontaire (PDV). Adecco avait
alors perdu beaucoup plus d’un millier de salariés permanents. Seul élément
manquant, imprévisible pour le plus grand nombre (mais parfaitement
prévu et annoncé par quelques-uns…) : le détonateur de cette crise. C’est donc le dénommé Covid-19 qui assumera cette fonction. 

Un plan social, d’une manière ou d’une autre 

Alors,
revenons à notre question centrale : éviterons-nous un plan social chez
Adecco ? La réponse est clairement non, même si nous savons qu’il
devrait théoriquement être impossible aux entreprises de lancer un plan social après
avoir bénéficié des aides et largesses de L’État dont fait partie le
dispositif de chômage partiel. Restent donc deux solutions pour diminuer
rapidement les effectifs. Le plan social de fait, larvé mais non
déclaré, qui n’est autre que ce que nous vivons depuis plus d’un an.
Ruptures conventionnelles, incitations au départ, licenciements,  démissions convenues,
mobilités forcées, inaptitudes, etc… L’autre solution pourrait reposer
sur un assouplissement des mesures légales, autorisant les entreprises à
mener, sous certaines conditions et malgré les aides reçues, des plans
sociaux. J’avoue avoir un petit faible pour cette seconde hypothèse. Seule certitude, au-delà des divers habillages, babillages, aménagements structurels, et législatifs de circonstance, les effectifs diminueront davantage et plus vite que ces
dernières années.

L’ensemble
de la profession se prépare à une restructuration post-crise, facilitée
par l’intensification opportuniste du télétravail et la digitalisation
accélérée des différentes fonctions de l’entreprise. En représentants du personnel conséquents, nous essayons d’échapper aux débats byzantins sur le sexe des anges de certaines organisations syndicales, par ailleurs imbattables dans la négociation sur le poids des chaînes, pour nous mobiliser au service de nos collègues aujourd’hui malmenés, parfois déboussolés et que nous nous efforçons d’écouter, d’assister et de défendre au quotidien. Pour eux, quoiqu’il advienne, nous répondrons présent ! 

Dès lundi sur ce blog :  
Les questions sans réponse des Directeurs d’agence et de site

15 Commentaires

  1. Pensez vous que sur la même année ,l’entreprise va payer ses dividendes aux riches actionnaires, augmenter ses membres du comité exécutif de plus de 10%* , profiter de l’état qui va payer mon chômage et celui de mes collègues pour permettre de faire du profit et enfin faire un PSE ?
    L’état va pas laisser faire , l’état ne doit pas laisser faire ! La CFE CGC non plus et nous n’ont plus !!!!
    Du gilet rouge engagé et corvéable au gilet jaune débrayeur et militant pour son emploi !!!

    Il est vrai que le pauvre Monsieur President d’Adecco avec sa rémunération DIMINUÉE qui tombe à 3,81 MILLIONS DE FRANCS SUIISE , est bien loin du chômage dans son siège Zurichois.
    Je suis au chômage partiel pour lui assurer son beau gros salaire alors que j’ai du mal à joindre les deux bouts.
    C’est vrai que comme il gagne plus de 160 fois mon salaire il est bien loin de mes préoccupations quotidiennes …et être au chômage ne doit pas faire partie de son expérience
    Qu,en pensez vous ? Je suis seul à penser à ma santé , ma famille et à mon avenir mis en danger avec PSE ?

    * https://www.zonebourse.com/ADECCO-GROUP-AG-9365001/actualite/Adecco-le-salaire-du-CEO-Alain-Dehaze-a-diminue-en-2019-30180611/

  2. On va voir si la stratégie de performance économique ET SOCIALE c’est du bluff et que de la comm !!!
    Vont ils assumer ce qu’ils disent nos patrons ?? A suivre ….

  3. Donc après avoir fait partir plusieurs centaines de personnes (avez vous les vrais chiffres ?) ils vont faire un PSE ?
    Ils n’ont pas pris d’engagement sur l’emploi et profites de l’activité partiel payée par l’état et après ils vont supprimer nos emplois pour Gagner plus d’argent . Écœurant après 20 ans je n’en peux plus de cette recherche de rentabilité à tout prix et aux dépends de nos emplois , nous l’acteur de l’emploi.
    Une entreprise pilotée que par la finance et pour la finance.
    Vivement que le monde change

  4. La restructuration est déjà simulée la direction financière a un scénario à plus de 500 personnes en moins minimum. Cette direction financière qui prend ses instructions auprès des marchés financiers pour payer les dividendes.
    Ils attendent que l’état prennent en charge le chômage partiel et après gros coup de sécateurs dans les effectifs .

  5. J’ai vu les augmentations sur zonebourse , ils se sont partagés 1 670 000 euros ça fait des sous !
    Et ils l’ont fait quand nous étions …confinés . Il va falloir financer ces belles augmentations des dirigeants !!! Et nous en agence on a moins 16% eux plus 10% , elle est pas belle la vie de patron !!! Ils ont pas honte !
    Et l’état, donc nos impôts, vont payer les salaires chômés .
    On prend chez les plus faibles pour donner au plus riches , il a pas beaucoup changer le monde . La révolution n’a pas suffit semble-t-il

  6. Après avoir tant donné pour cette entreprise, au moment où j’ai peur pour ma santé et celle de mes proches , on me met en chômage partiel pour « protéger l’emploi » et finalement on me rajoute la peur de perdre mon travail.

  7. Et moi qui pensait être dans une entreprise sociale, en fait non c’est que l’argent qui importe chez adecco, cette entreprise a perdu toute humanité.

  8. Bien sur que l'on se dirige tout droit vers un plan social.

    Il n'y a qu'à voir comment s'est fait le pilotage de la société sur les 3 dernières années. Et je ne vous parle même pas des changements incessants de DRH. Sans parler du silence assourdissant du DO Ouest.

    Comment peut on croire un seul instant les propos de CATOIR quand il parle de protection de l'emploi. Il ne protège que les futurs intérêts financiers de la société et donc les bénéfices à redistribuer aux actionnaires.

    D'ailleurs, on vous invite désormais à vous former pendant vos périodes de chomage partiel. Formez vous ! Pour mieux trouver un nouvel emploi dans 3 mois.

    Mais rassurez vous la coupe franche dans les effectifs ne concernera une nouvelle fois qu'une partie de la société: le petit peuple.

  9. Ce n'est hélas pas une nouveauté le profit, toujours, même pendant cette période. Au lieu de se plaindre mobilisons-nous. Mr Catoir a évoqué des salaires modestes chez Adecco il vient de le découvrir ? Il faudra peut-être profiter d'un Pse pour partir.

  10. Honte à cette entreprise hypercapitaliste,cupide,injuste et inhumaine (il n existe même pas de superlatif assez fort). Et elle n'assume même pas la responsabilité de ses actes: obligé de batailler pour avoir des communiqués, des informations, un semblant de transparence. Et un PSE? Ce serait devoir donner trop d'argent à ces petites gens qui leur font faire fortune, ça leur fait déjà mal de nous donner 1400€!!!! Il vaut mieux presser jusqu a pousser vers la porte!1400€ chez ADECCO? Des salaires modestes…Il etait temps de le reconnaitre!! Comment peut on vivre avec un tel salaire? Que peuvent faire les familles monoparentales ou les personnes seules à part payer leur charges fixes et leurs repas? Nos propres intérimaires touchent de meilleurs salaires que nous!!! Cela en devient insupportable de voir passer leur paies et de devoir souvent répondre à leurs insatisfactions sans sourciller. S'ils savaient… Et l entreprise pense encore nous motiver avec leurs objectifs pour si peu? Nous ne travaillerons plus qu' à la hauteur de ce que nous serons payés et arrêterons de nous rendre malade pour ce métier que nous aimons mais que nous pratiquons trop sous pression sans aucune reconnaissance!!! S'ils nous virent finalement ils nous rendront peut être service. La plupart de nos anciens collègues ne s en portent que mieux!!

  11. Il sera peut être que ça bouge à la reprise et que pour une fois nous nous laissons pas faire ! je pense qu'il va falloir que tout le monde l'ouvre aussi bien en reunion DA, DZ ou autres ,
    ils nous font rire là haut avec leur beau message, protégez vous ! on voir ce que nous allons faire pour les salaires, mais encore une fois tout ça c'est de la stratégie de communication, moins on communique mieux c'est ! ou alors on passe par les DZ, qui te mettent la pression, qui te disent aller mets tes salariés en cp, en rtt, ou en chomage partiel ! et puis moi je trouve hallucinant ce manque de communication ça en devient ironique ! on fait des pari sur quand notre DO Ouest va communiquer ! bon ben maintenant cela fait 3 semaines mais t là, t pas là, t là t pas là, idem pour notre DRH, t parti t pas parti ! quelqu'un peut nous dire si Sophie P est toujours là ? les pauvres : ils ne savent plus par quel bout prendre le morceau comme on dit chez nous ! complètement dépassé et ce ne sont pas de beaux articles dans les échos qui font faire la différence ! bref encore une fois c'est le réseau qui subit !!!! et qui remonte le pognon à tous ces cadres qui te prennent pour des moins que rien ! peut être qu'en ce moment, ils se rendent compte que pour une fois ce sont les agences qui remontent l'argent t pas un service communication, pas un service marketing, pas un service rh recherche de la performance, bref tous les services qui te disent allez, je te mets une couche pour que tu me ramènes encore plus de renta ! sauf que là la renta y en a plus !!!!!!!!!!!!!!!

  12. Ce sont des branquiniolles !
    Et oui plus de renta ! ça va leur faire drole là haut !
    et puis qui c'est qui va trinquer : c'est nous dans le réseau !!!
    Clairement ! moi je suis DA depuis 18 ans ! et si jamais l'entreprise nous laisse tomber ou ne fait pas ce qu'il faut, je pense que je n'aurai pas d'état d'âme à aller à la concurrence et faire ce qu'il faut derrière !
    A un moment, je suis piquousé Adecco mais là on va voir si l'entreprise a les cou…. de mettre l'argent pour ses salariés sur la table !

  13. Quid de la volonté de l'entreprise de rebondir avec ses salariés !
    clairement: si nous n'avons pas le retour de l'entreprise et l'accompagnement pas besoin de PDV, on va partir tout seul

  14. après avoir coupé plusieurs centaines de postes , après avoir fait prendre en charge nos salaires par l'état. ils nous préparent un bon PSE.
    On est sacrifié sur l'autel de l'argent quand beaucoup d'autres entreprises se préoccupent de social et de civisme !
    Danone s'engage sur le maintient de l'emploi, Sodexho dont les dirigeants contribuent fortement, Accord dont les dividendes vont dans un fond pour les salariés.
    Adecco du social non ! Adecco de l'argent pour les patrons et les actionnaires.
    Il est temps de penser à aller voir ailleurs ! dans des entreprises qui ont du sens

  15. Quelle belle entreprise mais où est l humanité ? A trop prendre soin de ses actionnaires , adecco en perd de très bons éléments !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici