Lutte contre le Covid-19 en France en 2020
Où sont les masques ? Cette question que chacun se pose en boucle depuis plus de deux mois a infecté les conversations privées comme les débats publics. La France aurait commandé depuis la mi-février, nous dit-on, des millions de masques mais, telle l’insaisissable Arlésienne, nous ne voyons hélas rien venir. Où ont-ils été commandés ? Combien sont livrés chaque semaine ? Au Havre, à Marseille ? Où sont-ils stockés ? Comment sont-ils répartis ? Quels fournisseurs ont été sollicités voire réquisitionnés ? Si vous savez, vous nous dites.
Cette pénurie durable dans un pareil contexte, les mois à venir nous le prouveront sans doute, constitue l’un des plus grands scandales de ces dernières décennies. En attendant, tiers-mondisation oblige, il nous est chaudement recommandé de confectionner nous-mêmes des masques-maison, en taillant dans les vieux draps effilochés, les slips râpés, les chemises à carreaux ou même en sacrifiant la jupe de mamie. Il nous est même précisé que la ficelle remplace allègrement l’élastique dont bien peu d’entre nous disposent en stock à la maison. On nous affirme enfin, sans doute pour nous rassurer mais sans vraiment y réussir, que depuis peu que le masque de plongée Decathlon serait à la fois performant et du plus bel effet pour pallier la pénurie de respirateurs indispensables à la survie des malheureux malades infectés par le virus….
Mais pardonnez-moi ces digressions, juste destinées à rappeler le cadre, et revenons chez Adecco. En instance la semaine dernière, notre direction nous a annoncé la commande par l’entreprise de plusieurs centaines de milliers de masques, ce qui constituerait en soi le début d’une bonne nouvelle. Mais là où le bât blesse, c’est lorsqu’il s’agit de rentrer dans le détail. De quelle catégorie de masques s’agit-il ? Quand peut-on en espérer la livraison ? Où ? Quelle sera la clef de répartition, par DO, DZ, agence, permanents, intérimaires… ? On ne sait pas, on n’en sait rien. D’où proviendront-ils ? Sont-ils en textile, en cellulose ? Combien de masques par salarié Adecco permanent et intérimaire ? Même au niveau N-2 de l’entreprise, on n’en sait fichtre rien. Qui les a commandés ? Quand compte-t-on nous transmettre des informations, même approximatives sur le sujet ? Rien, aucune réponse. Il suffit sans doute de se répéter chaque matin dans sa salle de bain que les masques arrivent pour escompter une bonne journée confinée. On peut même chanter « Où sont les masques » sur l’air de la chanson de Patrick Juvet « Où sont les femmes ? ».
Au-delà d’une pointe d’humour, sciemment injectée dans nos propos pour tenter de dédramatiser ce qui l’est réellement, nous demandons, sollicitons, requerrons, prions, implorons même la direction de COMMUNIQUER sur le sujet dans les meilleurs délais afin d’offrir à tous une perspective et de rassurer autant que faire se peut.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici