Requiem pour les open-spaces…

5
Le concept avait déjà du plomb dans l’aile et dans notre article « Insupportable open-space !« , publié le 17 février dernier, nous évoquions succinctement les inconvénients majeurs de ce mode d’aménagement de l’espace de travail en entreprise. En échange d’un gain certain de coûteux mètres carrés, l’entreprise perd à la fois en productivité et en qualité des échanges et de la communication comme le prouvent plusieurs études récentes sur le sujet.. Des mètres carrés perdus qui, finalement, finissent par se payer très chers. L’entreprise perd en effet en productivité largement autant que ce qu’elle imaginait économiser en loyers.

Un microscopique virus et la nécessité de respecter une certaine distance physique et des des gestes-barrière viendra-t-elle à bout des open-spaces, flex-desks, dynamic-offices et autres concepts made in outre-Atlantique ? Une étude américaine révèle que plus de 50% des salariés interrogés sont persuadés que le travail en open-space va aggraver la propagation du virus Covid 19. Pour 41% c’est à l’évidence un foyer d’infection. Mais les open-spaces n’ont évidemment pas attendu le Covid 19 pour se transformer régulièrement, au moins chaque hiver, en bouillon de culture favorisant la circulation des agents pathogènes, dans lequel s’épanouissent grippe, gastro-entérite, angine, pharyngite et autres joyeusetés plus ou moins saisonnières. La culture d’entreprise doit aujourd’hui s’orienter vers davantage de sécurité et même de bien-être pour les salariés.
Le concept d’open-space connut ses heures de gloire aux États-Unis dans les années 50 avant de s’imposer progressivement en Europe dans les années 1980, il y a près de 40 ans. C’était le bon vieux temps où une invention, géniale ou piteuse d’ailleurs, mettait deux à trois décennies, le temps de devenir désuète, pour franchir l’océan Atlantique. Les entreprises vont donc devoir repenser rapidement l’aménagement des espaces de travail au nom de la santé et de l’intégrité physique de leurs salariés. Le télétravail ne pouvant s’exercer à temps plein, elles reviendront, au mieux au bureau individuel et au pire au cloisonnement dans les open-spaces, c’est-à-dire aux bureaux de type bullpen, sortes de petite cases cloisonnées dans de vastes espaces. Un genre de placardisation permanente en quelque sorte, pour le plus grand bonheur des fabricants de plexiglas.
L’entreprise va devoir repenser son organisation, l’agencement de ses locaux et, de manière générale, se positionner en veille sur les grands enjeux de santé publique. Le sujet de open-spaces est d’autant plus sensible que l’entreprise s’est engagée sans réserves dans ce mode d’aménagement des locaux. Il est tellement sensible que nous serons probablement les seuls à l’évoquer avec insistance, persuadés que la crise pandémique actuelle doit au moins servir à anticiper les défis de demain.
Sur ce sujet comme sur d’autres, notre organisation a des choses à dire, des propositions et des suggestions à faire. La direction nous lit assidument mais saura-t-elle nous écouter et nous entendre, dans l’intérêt des salariés et, par ricochet, d’elle-même ?

5 Commentaires

  1. Bonjour !
    J'apprécie certains de vos arguments, mais malheureusement, je crois que la Direction n'a pas forcément l'intention de vous intégrer… ne nous leurrons pas, vous êtes dans un rapport de force depuis toujours, et cela ne pas pas changer demain.

    Mais là où je ne comprends pas, et ce n'est que dans l'optique de débattre (pas de contester pour troller le blog), c'est votre absence totale sur ces sujets (en tout cas sur ma DO) et ne pas avoir été proactif ?

    Un accord a été élaboré chez AGF mais pas sur Solution …. personne n'a vraiment pris le lead et n'a abordé ce point aux ordres du jour en instance, à moins que je me trompe ?
    Dans ce cas, cela révèle le manque de communication du CE/CSE ou du CHSCT/CSST !

    Ceci étant, et toujours dans l'optique de débattre, n'y a t-il pas dans le risque de voir les hub disparaître (cool), les projets de plateau se réduire (ouf), d'avoir les salariés isolé chez eux ? sans autre moyen de communiquer que de passer par skype, teams, jabber ?
    Avec la crise COVID les gens auront envie de rejoindre l'Adecco des champs !

    Les personnes seront chez elles (pour celles qui pourront), déjà que l'info circule mal, mais là ça sera pire que tout : Hâte de voir les huddles se réaliser sous ce format !
    "Toto, quelle est ta météo ce matin ?
    Bha j'ai de la friture sur la ligne et ton image est figée, donc nuageux je dirais !"

    Je vous invite à suivre les webinar de Maitre Ledoux et Mathieur Poirot, vous y trouverez des éléments intéressant pour comprendre l'après.

    Car cet après n'est pas forcément plus glorieux, et m'inquiète davantage quand on voit la vitesse à laquelle Quickmatch se déploie et que PERSONNE ne s'interroge sur les enjeux de ces nouvelles agences.

  2. Merci pour ce long commentaire constructif. Il est vrai que le dialogue social chez Adecco Solutions est laborieux et n'obtient pas grand chose faute de mobilisation et d'union dans les revendications
    https://cfecgc-adecco.blogspot.com/2019/10/quel-bilan-pour-le-dialogue-social-chez.html

    Nous avons un pouvoir de dénonciation et d'information. Sur l'open-space, nous avons tout dit ou presque depuis des années et n'avons pas attendu le Covid 19 pour estimer qu'il existe de nombreux inconvénients à ce mode d'aménagement des locaux.

    Depuis 20O9, nous pointons les inconvénients et risques de l'open-space dans des articles tels que :

    Comment survivre en open-space ?
    L'open-space : un concept dépassé
    Open-space, pourquoi tant de haine ?
    "L'open-space m'a tuer" est sorti en Livre de Poche
    Open-space et conditions de travail
    Guide de survie en open-space

    Aujourd'hui, il y a de bonnes raisons de passer de la dénonciation à l'action mais qui nous suivra ???

  3. Allez hop retour au bureau ! fini les papotages, ceux qui crient au téléphone, ceux qui racontent leur week end pendant tu essayes de bosser
    Hub pareil on veut des bureaux

  4. J’ai posé la question à ma direction mais pas de réponse : existe-t-il un accord de télétravail pour Adecco ? La direction prévoit-elle d’indemniser les journées en télétravail pour l’utilusation De ressources personnelles (internet,électricité, etc)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici