Le « Protocole national de déconfinement pour les entreprises pour assurer la santé et la sécurité des salariés », publié le mardi 5 mai, détaille sur 22 pages l’ensemble des mesures et précaution à prendre par les entreprises afin d’assurer une reprise du travail à moindre risque dans les locaux professionnels.

Voici un extrait de ce document (pages 21 et 22) qui nous concerne tous et précise les modalités de nettoyage et désinfection à pratiquer au quotidien.
« Réouverture après confinement : Si les lieux n’ont pas été fréquentés dans les 5 derniers jours, le protocole habituel de nettoyage suffit. Aucune mesure spécifique de désinfection n’est nécessaire. Il est uniquement recommandé de : bien aérer les locaux ; laisser couler l’eau afin d’évacuer le volume qui a stagné dans les canalisations intérieures pendant la durée de fermeture.
Si les lieux ont été fréquentés dans les 5 derniers jours, même partiellement, par précaution, un nettoyage habituel avec un produit actif sur ce virus doivent avoir lieu comme décrit ci-après. Nettoyage quotidien après réouverture : Pour nettoyer les surfaces, il conviendra d’utiliser des produits contenant un tensioactif (solubilisant les lipides) présent dans les savons, les dégraissants, les détergents et les détachants. Outre son activité de dégraissage des surfaces, le tensioactif va également dégrader les lipides de l’enveloppe du virus SRAS-CoV-2 et ainsi l’inactiver. Ces produits de nettoyage pourront donc être utilisés pour l’entretien quotidien des locaux après le retour des personnels.
Lorsque l’évaluation des risques le justifie, une opération de désinfection peut être effectuée en plus du nettoyage. Une désinfection visant le SRAS-CoV-2 est réalisée avec un produit répondant à la norme virucide (NF EN 14476 juillet 2019), ou avec d’autres produits comme l’eau de Javel à la concentration virucide de 0,5% de chlore actif (par exemple 1 litre de Javel à 2,6% + 4 litres d’eau froide). Les opérations de désinfection ne doivent être réalisées que lorsque strictement nécessaires (l’usage répétitif du désinfectant peut créer des micro-organismes résistants au désinfectant ; un désinfectant mal employé tue les micro-organismes les plus sensibles mais permet la survie des micro-organismes les plus résistants, le désinfectant n’ayant plus aucun effet et procurant alors un faux sentiment de sécurité ; en outre une désinfection inutile constitue une opération de travail à risque pour les travailleurs (exposition aux produits chimiques, TMS..).
Ces opérations se feront en respectant les préconisations indiquées dans le document ED 6347 de l’INRS. De façon générale, il conviendra de ne pas remettre en suspension dans l’air les micro-organismes présents sur les surfaces (ne pas utiliser de jet d’eau à haute pression, ne pas secouer les chiffons…), mais d’employer des lingettes pré-imbibées ou à imbiber du produit de son choix, des raclettes… Suivre les instructions du fabricant pour tous les produits de nettoyage et de désinfection (ex. la concentration, la méthode d’application et le temps de contact, etc.) ; Les lingettes et bandeaux à usage unique doivent être éliminés dans un sac en plastique étanche, via la filière des ordures ménagères. Les moquettes pourront être dépoussiérées au moyen d’un aspirateur muni d’un filtre HEPA (High efficiency particulate air). Filtre retenant les micro-organismes de l’air rejeté par l’aspirateur.
Bien aérer après le bionettoyage ; Procéder plusieurs fois par jour au nettoyage-désinfection des surfaces et des objets régulièrement touchés à l’aide de lingettes ou bandeaux nettoyant contenant un tensioactif : en portant une attention particulière aux surfaces en plastique et en acier ; notamment des sanitaires, équipements de travail collectifs, rampes d’escaliers, poignées de portes, interrupteurs d’éclairage, boutons d’ascenseur, écrans tactiles, combinés de téléphone, appareils de paiement, comptoir d’accueil, mobilier, etc. pour la désinfection des objets portés à la bouche des enfants, en fonction des matières (et indications sur l’objet) laver en machine à 60° ou utiliser un produit désinfectant en privilégiant les produits compatibles avec les surfaces alimentaires puis rincer longuement à l’eau claire. Les salariés effectuant les opérations de nettoyage seront équipés de leurs EPI usuels (hors nettoyage des milieux de soin). »
Pour obtenir ce document (PDF, 22 pages), il suffit de nous en faire la demande (cfe.cgc.adecco@gmail.com)

1 COMMENTAIRE

  1. Merci pour cete informations. Et Yapuka à quelque chose à dire à ce sujet ? Elle ne nous rassure pas du tout. Yakaallerbosser ? Sauf que moi et je ne suis pas du tout le seul, je m'inquiette de devoir toucher, les imprimantes et scanners et tout le reste. C'est pas notre Wonder woman habituelle qui a du mal à faire briller les WC qui va s'en charger 1 foi par semaine. Même dans les supermarchés ils utilisent du produit désinfectant sur les terminals de carte bleue. On ne peut quand même pas mettre de l'eau et du savon sur les touches !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici