Lors de la dernière réunion NAO du 10 novembre, nous avions quitté prématurément une réunion que nous jugions stérile, immédiatement suivis par l’ensemble des délégués syndicaux des organisations présentes. A quoi bon en effet multiplier les heures de réunion dans le seul but de parloter tout en sachant que les carottes sont cuites ? Lorsqu’une direction vous annonce qu’aucune augmentation n’est prévue et que de toute façon elle ne dispose pas d’enveloppe pour ces NAO 2021, comme vous avez reçu une solide éducation, vous ne retournez pas la table et évitez les gestes déplacés mais vous sortez ! La direction nous avait d’ailleurs fait savoir que l’ultime réunion planifiée était annulée et, en effet, à quoi bon se revoir une fois encore lorsque l’on connait avec certitude l’issue de la négociation ?

Dans un courrier bien senti adressé à notre DRH, nous avons exprimé notre indignation et le scandale d’un tel blocage alors même que l’entreprise affiche la meilleure rentabilité de la profession. Voici quelques extraits de ce courrier :

(…) « Je fais suite à votre courriel du 10 courant par lequel vous me confirmez qu’il n’y aura, cette année, aucun budget dédié aux augmentations générale et individuelle mais uniquement la reconduction d’un budget consacré à l’égalité professionnelle, soit 0,2%, ainsi que la reconduction des mesures sociales existantes. Année fastes ou plus difficiles, c’est hélas devenu la règle : rien donc pour les salariés, une politique que nous dénonçons depuis de trop nombreuses années. »

(…) « Quant à nos revendications il suffit de reprendre celles développées en réunion comme par exemple celle faisant référence au projet de loi de finances qui a entériné une baisse du pouvoir d’achat de 0,5% en 2021, que vous n’entendez pas compenser non plus malgré notre demande. Notre proposition d’instaurer un nombre maximal d’années durant lesquelles un salarié pourrait ne pas recevoir d’augmentation n’a pas été entendue. »

(…) « L’employeur économise plus de 500,00 € par an suite à la fusion AGIRC ARRCO et à la disparition de la Garantie Minimale de Point (120 points AGIRC annuels). Notre demande de réintégration de cette économie réalisée par l’employeur dans les salaires minima des cadres sera-t-elle finalement prise en compte ?  » (…)

Notre communication sur ce blog, le 10 novembre dernier – NAO cette année, encore une fois rien de rien ! – était on ne peut plus explicite et a sans doute joué son rôle dans le rebondissement actuel.

En effet, contre toute attente et jamais vu dans l’entreprise puisque la négociation était close, la Direction des relations sociales nous adressait officiellement hier la convocation à une dernière réunion de négociation des NAO, le 1er décembre. Bien sûr, bien nous n’escomptons ni miracle, ni conte de Noël mais apprécions à sa juste valeur ce retour à la négociation après les portes claquées. A suivre donc…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici