Les « live » et webinaires (ou webinars, selon affinités) se suivent et souvent se ressemblent mais nous ne saurions nous en plaindre compte tenu des diverses mesures d’assignation à résidence et de limitation de notre liberté d’aller et venir que nous subissons depuis maintenant près d’un an. La relation numérique aux autres par écrans interposés reste insatisfaisante et même frustrante mais à défaut d’un retour à la vraie vie, nous sommes bien obligés de nous en contenter jusqu’à ce que nous ne le supportions plus…

 

Disons-le, ces « live » sont techniquement bien montés et on ne pourra pas les taxer d’amateurisme sur le plan de la forme. Pour ce qui est du fond, il faut bien avouer que nous restons sur notre faim. Lors de la dernière de ces prestations, les principales données tangibles communiquées concernaient les valse des nominations-destitutions, informations intéressantes certes mais bien éloignées du quotidien d’équipes engagées quotidiennement dans l’exigeante lutte pour assurer coûte que coûte le maintien d’une prestation de qualité, la fidélisation de nos clients et intérimaires et la rentabilité des différentes structures. Ces intrigues de palais ne sont pas de notre ressort et nous avons récemment exprimé ce que nous avions à exprimer dans notre récent article « Des postes de direction comme s’il en pleuvait« .

Demain, se tiendra donc un KickOff 2.0, chacun derrière son écran 13, 14 ou 15,6 pouces et plus si affinités, censé remplacer la traditionnelle réunion de lancement qui réunissait, au moins une fois par an, la quasi-totalité des cadres du réseau national, à quelques bannis près. Occasion de convivialité et de retrouvailles bien plus que d’information, ce rituel permettait de retrouver telle ou telle collègue éloigné, perdu de vue au gré des mutations et mobilités, tel autre dont on avait presque oublié le nom et le visage et avec lequel on se retrouvait vite comme larrons en foire, à évoquer autour d’une bonne table des souvenirs communs.

Mais, pour ce qui est du fond, cette réunion virtuelle évoquera-t-elle ouvertement et loyalement les vrais sujets d’inquiétude qui taraudent nos collègues ? Y expliquera-t-on le bienfondé des budgets ambitieux transmis aujourd’hui même à un certain nombre d’agences ? Rassurera-t-on vraiment les équipes sur les conséquences du nouveau système de rémunération applicable au 1er juillet prochain ? Leur expliquera-t-on pourquoi Adecco, l’entreprise d’intérim la plus profitable de la profession y tient le rôle de lanterne rouge en matière de budget œuvres sociales des CSE ? Proposera-t-on à ceux qui ont tant donné à l’entreprise une claire vision des évolutions prévisibles – à 2, 3, 4 ou 5 ans – de l’entreprise en matière de digitalisation et par conséquent d’effectifs ? Si ces quelques sujets et quelques autres tout aussi essentiels ne sont pas abordés, de quoi parlera-t-on ?

Dernier point mais non le moindre : pourquoi la direction ne profite-t-elle pas de la formidable économie réalisées sur les frais de déplacement pour ce KickOff très particulier comme pour l’ensemble des réunions et formations pour adresser un geste fort à l’ensemble des salariés de l’entreprise ? La difficile conjoncture actuelle lui permet d’économiser des milliers de nuits d’hôtel et de repas, des centaines de milliers de kilomètres en voiture et des milliers de trajets en train et avion. C’est une économie imprévue de plusieurs millions d’euros dont, à ce jour, les collègues du réseau et de toutes les fonctions et services ne profitent pas d’un euro. Une annonce positive et généreuse sur le sujet ferait, n’en doutons pas, le « buzz » demain et chacun ne serait pas près d’oublier le cru 2021. Non on dit ça, on ne dit rien…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici