Pendant que la direction continue à rabâcher en boucle que la liste qui circule actuellement n’est qu’un « document de travail », ces répétitions ne nous rassurent que sur un unique point : aucune pénurie de mauvaise foi n’est à redouter en cette période de crise. Vous vous retrouvez avec en main une liste comportant des noms, des prénoms, les codes, etc., avec, de plus, le trimestre de départ de l’entreprise et son motif – rupture conventionnelle ou licenciement – et on continue à vous affirmer les yeux dans les yeux qu’il ne s’agit que d’un « document de travail » sans conséquence aucune. Du genre, si tu ne crois pas celle-là, je t’en raconte une autre.

Liste noire

Un curieux document de travail sur lequel figurent des collègues qui ont quitté l’entreprise aux dates planifiées. Vous y trouvez même plusieurs élus CFE-CGC dont le départ est prévu en 2021. On se demande bien pourquoi… Dérangerait-on ?

S’agit-il de prémonitions ou même d’un don de voyance de quelques membres de la direction ? Prévoir il y a un an qu’untel ou untel quittera l’entreprise douze mois plus tard en signant une rupture conventionnelle qu’il acceptera, si ce n’est pas de la divination nous ne savons pas ce que c’est. Tel autre sera licencié six ou douze mois après avoir été inscrit sur la liste alors que la législation empêche l’employeur en procédure de licenciement de s’appuyer sur des faits antérieurs à deux mois. Vous mesurez le don qu’il faut posséder ? A côté, feu-Madame Soleil ferait figure de novice, de Madame Irma de kermesse ! A moins, hypothèse hautement déplaisante, qu’on ne nous prenne pour de sombres imbéciles.

Des départs planifiés jusqu’à fin 2021 !

Sur cette liste qui circule à la vitesse de l’éclair figurent donc les noms de collègues encore en poste mais dont le licenciement ou la rupture conventionnelle est planifié sur le second, troisième ou quatrième trimestre 2021. Imaginez le choc psychologique lorsque vous découvrez dans la presse ou sur la liste que l’on vous a transmise que votre départ de l’entreprise est prévu dans quelques mois ou même en fin d’année et que l’on a déjà préjugé de votre accord pour une rupture conventionnelle. Si vous être un peu plus réactif, on a plutôt prévu pour vous le licenciement mais le résultat revient au même.

Autre donnée étrange : aucun nom n’est mentionné pour le réseau Solution sur le périmètre de la Direction opérationnelle Nord, apparemment épargnée. Il pourrait ne s’agir que d’un oubli mais nous pensons, beaucoup plus vraisemblablement, que la liste découverte avec 114 noms est incomplète. La réduction d’effectifs ne se limitera évidemment pas à ce nombre. Nos élus, adhérents et lecteurs le savent bien depuis longtemps : nous assistons à de grandes manœuvres et, oui, une liste noire peut en cacher une ou même plusieurs autre(s).

Les premiers témoignages arrivent et nous donnerons bientôt la parole à quelques victimes ou futures victimes du « document de travail ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici