Il semble que dans le réseau plus grand monde n’ignore les grandes manœuvres en cours concernant la réorganisation de la fonction recrutement et sa sortie des agences mais sans toujours en mesurer, ce qui est parfaitement normal, l’ensemble des conséquences pour les effectifs.

Le rachat de QAPA et de AKKA en même temps que l’officialisation de la création d’une structure plus ou moins centralisée dédiée au recrutement témoigne de l’accélération de cette réorganisation et de la volonté affichée de la direction de sortir de l’agence les métiers du recrutement. Après avoir externalisé hors des agences la fonction administrative (Middle Office), voici le tour du recrutement. Qu’y restera-t-il ? Juste la fonction commerciale mais l’agence est-elle la structure la mieux adaptée à l’hébergement de cette seule fonction ? Non, bien sûr et il n’est pas besoin d’être grand médium pour anticiper une prochaine réorganisation de l’activité commerciale. C’en sera alors fait de l’agence.

Mais pour le sujet qui nous occupe aujourd’hui, combien de recruteurs seront supprimés en agence auxquels il sera ou non proposé de rejoindre ces structures centralisées ? Combien ne se verront rien proposer ? Combien accepteront ce changement majeur de leurs conditions et de leur lieu de travail ? Et surtout combien l’entreprise comptera-t-elle de recruteurs à l’issue de cet important chamboulement ? Bien sûr, la direction épaissit le rideau de fumée. Il n’est question que d’une expérimentation pour « rendre service au réseau », « nous faciliter la vie », « améliorer notre quotidien » et tralala-tsoin-tsoin…. Pendant ce temps, sur cette petite musique de fond, les effectifs continuent de fondre, les sites de fermer.

Selon nos estimations, la nouvelle organisation pourrait aboutir au décompte de 4 à 600 recruteurs « excédentaires », horrible terme généralement usité pour nommer les salariés dont l’entreprise choisit de se séparer. Plus que jamais, ne restez pas isolé(e)s, l’entreprise va changer comme jamais elle ne l’a fait. La réorganisation en cours n’a rien à voir avec les précédentes. Le grand virage de la digitalisation est là sous nos yeux et ce sont maintenant des centaines d’emplois qui sont en jeu à court-moyen terme. 2022 sera une année très difficile.

Ne restez pas isolé(e), rejoignez le syndicat qui vous dit tout ou presque (avant tout le monde) et vous défend réellement au quotidien.

2 Commentaires

  1. Connaissez vous le On boarding Team France ?

    Nouveau projet BS, qui consiste à centraliser la réalisation des tarifs et horaires en Centrale, donc reprendre de la charge d’agence et BS

    Déjà dans les tubes, va booster l’année 2022, si c’est comme QUICKMATCH , ça me va sinon cela va accentuer les méfaits du post ci-dessus, je dis ça mais je dis rien

  2. De toute façon dans les agences la charge administrative est telle que les recruteurs n’ont plus le temps de faire leur cœur de métier…. 80 %d’accueil et d’admin, 20%de recrutement fait à l’arrache !!! Et dans quelles conditions !! Moi je voyais le Psn comme une bonne aide au départ, mais sur notre région ils ne font pas mieux que nous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici