« De nouvelles suppressions d’emplois sont très probables au premier semestre », a déclaré le directeur des finances Dominik de Daniel dans une interview à Reuters, alors qu’Adecco a déjà réduit ses effectifs de 7%.

A la fin du premier trimestre 2009, le taux de réduction devrait passer à deux chiffres en comparaison annuelle, a indiqué mercredi en conférence de presse Dominik de Daniel. Il n’a cependant pas voulu faire de prévisions plus précises et n’a pas cité d’objectifs quantifiés de suppressions de postes pour l’ensemble de l’année.
On sait cependant qu’Adecco Belgique va se séparer de 20% de ses effectifs en supprimant 150 emplois sur 800.

Quoiqu’il en soit et avec toute la prudence dont on doit entourer ce genre de dépêche de presse, il est inutile de se leurrer, aucune entreprise au monde ne conservera un effectif qui n’est plus en rapport avec son volume d’activité.

Le seul et unique moyen de sauver durablement les emplois passe par la prise de parts de marché, la facturation d’un nombre accru de clients, l’optimisation des recrutements, l’action commerciale soutenue, la qualité de service et l’implication maximale des équipes, malgré toutes les difficultés quotidiennes, bien réelles, que nous impose la conjoncture. Aucune recette miracle, hélas, n’existe en la matière. Ce difficile langage de vérité n’est pas seulement nécessaire, c’est le seul possible.

La CFE CGC s’investit au jour le jour pour les salariés impactés par le PSE mais aussi pour tous ceux qui demeureront dans l’entreprise et devront se battre au quotidien sur un marché réduit de plus de 36% à année -1.

Les uns comme les autres peuvent compter sur nous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici