Plusieurs salariés nous ont remonté un information qui, c’est le moins qu’on puisse dire, n’est pas vraiment une bonne nouvelle. Il s’agirait de la disparition pure et simple de la prime « incentive » de 5% sur le placement permanent destinée à dynamiser le développement des ventes de cette prestation.
Cette prime serait supprimée au 1er février, sans plus d’explications, ni surtout sans compensation. Jusqu’à ce jour, le directeur d’agence avait le pouvoir de la répartir comme il le souhaitait sur l’un ou l’autre de ses collaborateurs  ou sur l’ensemble de l’équipe mais elle  était le plus souvent attribuée, dans les faits, à celui qui réalisait le recrutement. C’est donc tantôt le responsable de recrutement tantôt le consultant qui en bénéficiait. Ces 5%, loin d’être négligeable mettaient « un peu de beurre dans les épinards ».
Cette nouvelle mesure pénalisante ne concernerait pour l’instant, tout au moins officiellement, qu’une seule région mais il paraît difficile d’imaginer qu’une telle disposition ne soit pas de portée nationale. C’est bien, très concrètement, d’une nouvelle baisse de rémunération qu’il s’agit, annoncée déjà sur plusieurs secteurs. 
La nouvelle semble incroyable et nous entendons déjà quelques réactions  légitimement outrées de certains de nos collègues : « mais, il n’ont pas le droit !« , ou « c’est illégal de modifier comme ça nos conditions de rémunération« . Nous répondons invariablement et très posément que la direction  se soucie bien peu de considérations « philosophico-morales » ou de jugements de ce genre tant qu’ils ne seront assortis d’un taux plus élevé de votants aux élections professionnelles et d’adhésion à un syndicat dynamique, pleinement impliqué et réellement libre de parole.

Après une baisse constante des rémunérations, ne serait-ce que par la non-revalorisation du salaire fixe depuis plusieurs années, il y a eu récemment la suppression du remboursement du repas de midi et aujourd’hui c’est donc la disparition de l' »incentive » placement. Imaginez-vous un instant, ne serait-ce qu’un instant, que les choses s’arrêteront là ? Si vous répondez par la négative à cette question, merci de cliquer sur le lien ci-dessous :

Pour adhérer à la CFE CGC, cliquer ici

Important : nous rappelons que 66% du montant de la cotisation est déductible des impôts à payer sur le revenu. Le coût réel de l’adhésion n’est donc que du tiers de la somme payée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici