Taxation de l’emploi précaire : le Prisme souhaite distinguer CDD et intérim

Le Prisme, la fédération patronale qui représente les entreprises de travail temporaire, est opposée à la taxation des contrats précaires envisagée dans le cadre des négociations sur la sécurisation de l’emploi.

Mais si taxation il doit y avoir, Arnaud de la Tour, président du Prisme, milite pour que l’intérim ne soit pas traité de la même façon que les CDD.

Aujourd’hui, les partenaires sociaux poursuivent leur négociation sur la sécurisation de l’emploi.
Ils
abordent le volet consacré à l’emploi précaire. L’une des pistes, pour
dissuader les entreprises d’avoir recours aux contrats précaires, est de
majorer la cotisation chômage de celles qui en abusent afin
de renchérir le coût de l’emploi précaire.
Augmentation des contrats courts
Cette
piste de travail n’enthousiasme évidemment pas les professionnels de
l’intérim, et ce d’autant plus que les entreprises de travail temporaire
connaissent, durant le premier semestre 2012, une baisse de 10 % du
nombre de missions. « Taxer les contrats précaires renchérira le coût du
recrutement mais n’apportera pas de solution aux problèmes de
recrutement des entreprises, est convaincu Arnaud de la Tour, le
président du Prisme.
Il y a 10 ans, l’intérim représentait 3,5 % de la population active. Ce chiffre est de 3,2 % aujourd’hui.
Notre
développement n’a pas été massif dans l’économie. Ce sont surtout les
CDD de courte durée et les CDD d’usage qui se sont développés ces
dernières années et qui sont aujourd’hui fortement impactés par la
crise ».
Distinguer CDD et intérim
A
ses yeux, la réflexion doit davantage porter sur le contrat lui-même.
« Ce moindre recours au CDI, estime Arnaud de la Tour, tient davantage à
l’absence de visibilité dont les employeurs se plaignent sur le coût que
peut représenter la rupture d’un CDI. Il ont besoin d’avoir une vision
claire de ce coût. Ce n’est pas le cas aujourd’hui ».
Si
taxation de l’emploi précaire il doit y avoir, ce que le Prisme
conteste, il souhaite ne pas être logé à la même enseigne que les CDD.
« Il ne faut pas comparer CDD et intérim, considère Arnaud de la Tour.
Un jeune a deux fois plus de chances de retrouver un emploi à l’issue d’une mission d’intérim que d’un CDD.
Nous
réalisons plus de 230 000 actions de formation par an et sommes l’une
des rares filières d’intégration des personnes sans qualification,
argue-t-il.
Ce qui doit être taxé, ce sont les mécanismes qui ne conduisent pas à l’emploi, ce qui n’est pas notre cas ».
Cette
taxation de l’emploi précaire sera abordé aujourd’hui par les
négociateurs. Le Medef avait déjà fait valoir lors de la dernière
réunion de négociation qu’il ne faut pas traiter de la même façon tous
les contrats courts. Sera t-il suivi par les syndicats ?

Il y a extraordinairement peu de commentaires postés sur ce blogue en regard de son importante fréquentation et cela nous laisse un peu perplexe. Peur de se faire repérer ? Impossible, car personne n’a accès ni à l’adresse courriel de celui qui poste, ni à son nom : il suffit de cocher l’option « anonyme » ou de choisir n’importe quel pseudo. Passivité ? Nous nous refusons à y croire. Indifférence ? Nous ne bénéficierions alors pas la fréquentation que nous connaissons. Alors, n’hésitez pas à laisser des commentaires qui en appelleront d’autres et ainsi de suite, rendant ainsi ce blogue plus interactif.

4 Commentaires

  1. Je ne pense pas que publier des commentaires aussi nullissime et incompréhensible que celui ci-dessus soit bien nécessaire…
    Je suis attéré du "niveau" intellectuel de ce personnage !
    On est au stade de l'enzyme côté QI.

  2. Tu as entièrement raison et il s'agit d'une fausse manipulation de ma part. Le coomentaire du demeuré à été effacé.
    Arnaud

  3. de toute facon, je n ai pas vu le message, donc je ne sais pas s il etait nul, mail fallait il en parler , le supprimer tout simplement aurait bien suffit!! non?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici