Certains courriels reçus ou commentaires non publiés sur ce blogue évoquent régulièrement des querelles inter-syndicales et même inter-CE tout en nous questionnant sur notre positionnement. Il s’agirait donc pour nous de prendre position pour ceci ou contre cela, de charger tel syndicat ou dénigrer tel autre, de calomnier tel ou tel des élus. Bref, de rentrer dans des querelles de cour de récréation, ce que nous ne ferons évidemment pas.
Il n’y aura rien de cela sur notre blogue et nous n’entrons dans aucune de ces intrigues microcosmiques dont les salariés ne veulent, à juste titre, surtout pas entendre parler. Et comme on les comprend ! Notre communication demeure entièrement tournée vers les salariés et les problématiques sociales et sociétales, les questions juridiques et d’actualité. Nos élus ont à cœur, sans compter leurs heures, de participer aux négociations, aux réunions des Comités d’établissement et du Comité central d’entreprise, de participer aux diverses commissions, ceci dans le strict cadre de leurs mandats et de l’intérêt des salariés. Ils n’aspirent à aucune autre ambition que celle qui consiste à servir l’intérêt commun. Des conflits minables comme des méthodes mesquines et propos parfois nauséabonds, il s’abstiennent soigneusement. Les querelles de petits arrivistes qui n’arrivent d’ailleurs jamais nulle part, n’ont que trop nuit au syndicalisme français.

Les plus critiques sont d’ailleurs rarement les plus actifs et certains élus fantômes viennent pérorer d’importance, avec d’autant plus d’aplomb qu’ils sont aux abonnés absents presque tout au long de l’année. Comme le dit l’adage, « la critique est aisée mais l’art est difficile ». Déconstruire est tellement plus facile que de construire.

Les petites ambitions rances des uns et jalousies sordides d’autres ne doivent en aucun cas polluer l’action des élus CFE-CGC et j’ai toujours préconisé à ceux-ci de ne pas se corrompre, ni se salir dans de petites chicanes derrière lesquelles il ne s’agit toujours, au final, pour l’un ou l’autre, que de tenter de devenir (tout petit) calife à la place du (tout petit) calife. Je leur ai par ailleurs toujours conseillé de se tenir à l’écart de tels comportements, quitte à y perdre éventuellement des plumes et même à ne pas être réélus s’il le fallait vraiment. Ceux des salariés qui nous connaissent le moins pourront s’assurer en la matière de notre ligne directrice constante en parcourant, grâce au moteur de recherche situé dans la marge de droite, tout ou partie des près de 1 800 articles en ligne sur ce blogue.
Si les guéguerres syndicales vous répugnent, si vous n’avez d’autre ambition que de servir l’intérêt collectif et de tenter d’améliorer les conditions d’emploi, de salaire et de travail pour vos collègues et pour vous, rejoignez la CFE-CGC.
Demain sur ce blogue :
Notre Président exécutif Adecco reçu au château

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici