Article relevé sur JDN Journal du Net :

Jamais les recruteurs n’ont eu accès à autant
d’informations sur les candidats. Ils doivent maintenant apprendre à les
sélectionner, les analyser et les valoriser.


Le recrutement
ne sera plus jamais le même. La révolution numérique a rangé au placard
les lettres de motivation manuscrites, les offres d’emploi placardées
et les piles de CV accumulées sur le bureau des recruteurs.
Dans son étude « Le conseil en recrutement et la filière RH »
qui fait tour d’horizon du secteur, Xerfi / Precepta s’arrête sur les
bouleversements techniques qui affectent les pratiques des
professionnels. Le recours aux sites de petites annonces (Pôle emploi,
Apec, Monster, RégionsJob…) ainsi que l’utilisation des réseaux
sociaux professionnels (LinkedIn, Viadeo) ont déjà profondément bousculé
les pratiques, en facilitant l’accès aux candidats.
Mais la
numérisation des process de recrutement implique également un stockage
de données qui va croissant. Une jungle dans laquelle il devient
désormais primordial de se repérer : c’est ce que l’on appelle le big data.

« Trouver de l’information est aujourd’hui facile, la valoriser est une toute autre histoire »


De
quoi chambouler un peu plus le métier des recruteurs. Il y a 20 ans,
leur valeur ajoutée venait du vivier de candidats à disposition.
Maintenant que d’innombrables profils sont facilement accessibles, leur
plus-value est ailleurs. « Trouver de l’information est aujourd’hui
facile (mais présente néanmoins un coût), la traiter et la valoriser est
une toute autre histoire, écrivent les auteurs de l’étude. Dans ce
cadre, l’apport d’un consultant est crucial : c’est lui qui sera à même
de faire le tri dans la masse de candidats potentiels pour sortir le
candidat idéal. »
En plus de traiter en masses les données qui
étaient précédemment analysées à la main, le big data permet d’avoir
accès à des informations jusque là inaccessibles, qui permettent d’aller
bien au-delà du curriculum vitae.
Les véritables centres d’intérêt du candidat, son réseau de relations
ou encore ses recommandations professionnelles peuvent affiner la
recherche de la perle rare.
Évidemment, le travail du recruteur
ne se résume pas au traitement de données. « Indépendamment du niveau de
qualification (du simple employé au cadre dirigeant), l’intervention
humaine (à travers notamment les entretiens d’embauche)
ne peut et ne doit pas disparaître, tempèrent les experts de Xerfi. Les
big data dans le recrutement permettent d’affiner le profilage grâce à
des filtres supplémentaires, et doivent uniquement être utilisées à cet
effet. » La rencontre et les échanges interpersonnels restent
incontournables, ils sont même déterminants pour les profils les plus
pointus.
Source : JDN

  Dans les jours qui viennent, sur ce blogue :
Un plan social permanent qui ne dit pas son nom
Bientôt le premier numéro de notre lettre trimestrielle d’information
Des élus CFE CGC à votre rencontre, dans vos agences
Travailleurs handicapés : les grands oubliés du marché de l’emploi
Qu’attendre des NAO 2014 pour l’année 2015 ?
Pourquoi la discrimination syndicale ?

1 COMMENTAIRE

  1. Dur métier que celui du recruteur ! Comme vous l’avez dit, trouver de l’information est facile, mais la valoriser est une toute autre histoire !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici