Le jeu de devinettes consistant à tenter de subodorer dans les communications de la direction les prémisses d’un éventuel futur plan social ne semble plus vraiment de mise. De nombreux salariés continuent bien sûr à présager d’un PSE à venir mais, comme nous l’avons déjà écrit, l’affaire semble peu probable, tout au moins en ce qui concerne la fonction commerciale et gestion. La rumeur se calme à mesure que se multiplient les départs naturels (ou prétendus tels) et les licenciements pour motifs divers et variés. Nous serions en quelque sorte dans un PSE permanent, sans les lourdeurs administratives, ni les mauvaises retombées médiatiques.
Seule la fonction recrutement pourrait, à plus ou moins long terme, craindre une réduction drastique de ses effectifs mais, là encore, entre le fantasme du tout numérique et les besoins actuels du métier, la marge demeure suffisamment importante pour faire réfléchir à deux fois la direction. Tout au moins à aujourd’hui… Et puis et surtout, l’obsession de trouver chaque année davantage d’argent pour les actionnaires devrait normalement s’estomper un peu sous l’avalanche d’argent public du CICE. Pourtant il semble ne rien en être tant se multiplient les départs plus ou moins sous contrainte, généralement non remplacés, ce qui est un signe. Rien de changé depuis le 27 février 2013 où nous écrivions « Pourquoi une aussi bienveillante certitude ? Il n’y aura pas de PSE en
2013 tout simplement parce que, paradoxalement, le PSE est devenu
permanent. Chaque mois et même chaque semaine, des agences « se
rapprochent », ferment pour le dire en termes simples, et les effectifs
continuent à fondre comme neige au soleil. Savez-vous qu’il y a eu 83
« mouvements » d’agences hors PDV, soit presque autant de fermetures –
certains « mouvements », une minorité, ne se traduisent pas forcément par
une fermeture – en sus des 165 fixées par le Plan de départ volontaire ?
Nous devrions approcher les  250 fermetures de sites et le mouvement
semble s’accélérer
« . Rappelons à ce sujet qu’il s’agit plus précisément de 88 agences et qu’une procédure impulsée à ce sujet par le Comité central d’entreprise court toujours.
Est-ce à dire que nous demeurerons ainsi préservés d’un nouveau plan social longtemps encore ? Rien n’est moins sûr et si aujourd’hui nous vivons un plan social larvé qui n’ose dire son nom, il faut garder à l’esprit que pour la direction la fonction recrutement demeure en sureffectif, un sureffectif qu’elle pourrait bien un jour être tentée de réduire un peu plus rapidement. D’autant que le marché demeure atone malgré une molle embellie et que Adecco n’en finit plus de ramer pour tenter de rattraper ledit marché. Les indicateurs Prisme prouvent, depuis longtemps maintenant, que nous n’y parvenons toujours pas. Quant à l’activité BTP, sans surprise, la descente aux enfers se poursuit conformément à nos avertissements et alertes. Il vous suffit de taper « btp » dans la barre de recherche de ce blogue pour vous en assurer.
Pour résumer notre propos, quelles que soient les démangeaisons de la direction, le « jackpot » du CICE nous préserve, pour l’instant, de tout plan social car il serait en effet politiquement très inconvenant de lancer un PSE d’une main tout en tendant l’autre pour y percevoir plus de 100 millions par an d’argent public… Ce serait une faute de goût majeure qui obligerait les politiques à intervenir.

Pour rencontrer vos élus et délégués syndicaux dans vos agences et sur l’ensemble des sites, il vous suffit de nous contacter à l’adresse suivante :

Demain sur ce blogue :
Bientôt le premier numéro de notre lettre trimestrielle d’information

3 Commentaires

  1. Cher "recruteur attendant un PSE", je pensais avoir été assez clair dans ma conclusion :"Pour résumer notre propos, quelles que soient les démangeaisons de la direction, le "jackpot" du CICE nous préserve, pour l'instant de tout plan social car il serait en effet politiquement très inconvenant de lancer un PSE d'une main tout en tendant l'autre pour y percevoir plus de 100 millions par an d'argent public… Ce serait une faute de goût majeure qui obligerait les politiques à intervenir."
    Donc mon pronostic c'est pas de PSE à court terme, c'est à dire pas en 2014 et sans doute pas en 2015. Ceci dit, c'est une estimation puisque je n'ai pas de boule de cristal.

  2. Avec un bilan social 2013 où le nombre de départ plus ou moins volontaires serait de 1000 personnes, sic un DP, il est sur que l'écrémage à très faible cout, semble confirmer ces pronostics : pas de PSE….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici