Suite et fin de la présence de la holding Jacobs dans le capital d’Adecco.
Jacobs a en effet cédé sa participation restante en plaçant, par l’intermédiaire
de Crédit Suisse, 3,36 millions de titres d’Adecco pour un
prix de 68,90 à 69,50 CHF selon des courtiers.
C’est une page qui se tourne. Klaus Jacobs avait racheté Adia en 1993 et, après l’avoir assaini (à l’époque…),
l’avait fusionné en 1996 avec son homologue français Ecco, donnant
naissance à Adecco. M. Jacobs avait siégé au conseil d’administration du
numéro un mondial de l’intérim jusqu’en avril 2002.
Le désengagement de Jacobs est maintenant total et la famille ne conserve donc aucune action dans le groupe. Chacun y verra le symbole qu’il veut bien y voir et pourra éventuellement relire nos articles « Les conséquences du retrait de la holding Jacobs » et « Jacobs se désengage presque totalement d’Adecco« .
Cette opération de revente des dernières actions détenues par la famille a donc mis un terme à la participation du groupe Jacobs dans
Adecco. La famille du défunt fondateur d’Adecco, Klaus Jacobs, détenait
encore en mars 18,4% du groupe Adecco. Après
la vente le 13 mars d’un paquet d’action, sa participation ne s’élevait plus qu’à 2,5%. La famille Jacobs avait alors expliqué vouloir
diversifier d’avantage son portefeuille d’investissements. En tout cas, la diversification ne passera plus par la case travail temporaire.

1 COMMENTAIRE

  1. Merci pour l'info ; mais il eut été encore plus judicieux de nous dire qui sont maintenant les principaux actionnaires de l'entreprise…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici