Bon, cette fois promis, pas de commentaire…

La troisième édition de « OuaneJobToubosses » s’achève avec la sélection de Camille, l’une des 3 000 candidates en lice, au poste enviable de PDG-adjointe,  non d’un jour mais d’un mois.


Camille Clément, étudiante en deuxième année de l’EM à Lyon se frottera donc au poste de PDG, en accompagnent Christophe Catoir dans son quotidien.

Miss Adecco France ne cache pas sa joie et reconnait avoir du mal à réaliser ce qui lui arrive autant que ce qui l’attend. Ayant découvert l’opération sur Fesse-bouc quelques jours avant la clôture des candidatures pour la prestigieuse fonction Camille bénéficiera d’une prime d’aide à ses études à hauteur de 7 000 euros. La notion de salaire du même montant pour une période d’un mois, lors de la première édition, ayant passablement fait jaser, le pécule a donc été transformé en contribution aux études. Pourtant, en regard de la rémunération du PDG, il ne s’agissait que d’un modeste pourboire mais bon, vous savez comment sont les gens.

La presse disserte sur la sévérité de la sélection et notamment des cinq étape incontournables à franchir pour obtenir le précieux poste temporaire. Jamais emploi intérimaire n’aura en effet été plus convoité. La finale ne comptait plus que cinq étudiants, trois femmes et deux hommes, une parité revisitée apparemment, dûment sélectionnés pour un entretien devant le comité exécutif. Mais il n’est de bon manager qui ne fasse transpirer un minimum ses ouailles et les candidats ont été contraints d’organiser une opération sportive afin de récolter les fonds : il s’agissait de faire marcher, courir, pédaler ou nager le plus grand nombre de volontaires possible pour le compte d’une association dont on ne saura sans doute jamais comment elle a été sélectionnée, ni pourquoi. Ceci dit, l’épreuve permet d‘évaluer l’aptitude du candidat à organiser et manager un événementiel.

Bonne chance donc, pour Camille qui devra, au travers de cette expérience, faire ses premières armes de dirigeante en herbe. Nous lui demandons simplement, si elle le veut bien, de ne rien assimiler et de tout oublier de la politique salariale de l’entreprise…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici