Pfffff ! +50% quel petit joueur !

Deuxième journée de Kick-off et c’est déjà bientôt le retour de chacun dans sa région respective. Après deux journées de retrouvailles, de rires souvent, d’intérêt aussi, il va falloir retrouver le quotidien de l’agence, principale sinon unique structure génératrice de facturation et donc de richesse. Un quotidien exigeant avec, en arrière-plan, un budget 2017, parfois adapté, rarement sous-estimé mais le plus souvent ambitieux au delà du raisonnable voire inatteignable. 

Le principe même du budget avait asséné un mauvais coup à une rémunération basée sur la CT qui, elle-même, représentait une régression. Comme nous l’écrivions le 9 février 2015 dans « L’arrivée de la Contribution totale budgétée » : « A peine évalués les méfaits sur les rémunérations de la Contribution
totale que voici poindre la Contribution totale budgétée, c’est-à-dire
indexée à un budget ou objectif. La direction, consciente de la déroute
des rémunérations et du mécontentement grandissant aurait-elle revu dans
un sens favorable aux salariés le système de calcul ? Pourquoi pas mais
que le doute nous soit permis après ces années de rabotage systématique
(sortons les DADS !). Le hic, c’est la notion même de budget ou
d’objectif. On sait qu’il doit être « ambitieux mais réaliste », selon la
formule consacrée mais comment savoir si le second de ces deux critères
est respecté ? ».
Ceci dit, de nombreux collègues ont été enthousiastes et ont parfois perçu avec la CT budgétée plus de part variable qu’ils n’en avaient jamais perçu dans leur carrière chez Adecco. C’était la phase séduction. La plupart de ceux-ci déchantent aujourd’hui…
Un certain nombre de remontées nous évoquent des objectifs ahurissants. Certains à 500%, ce qui signifie que l’agence doit faire réaliser cinq fois le résultat de 2016… Nous avons même reçu les éléments concrets d’une agence sommée de réaliser sept fois son résultat de l’an passé (+700% !). L’art de démotiver, dès le 1er janvier, une équipe qui sait pertinemment qu’elle doit renoncer au moindre fifrelin de rémunération variable cette année.
Il existe évidemment de nombreux cas intermédiaires, moins spectaculaires, mais on peut néanmoins s’interroger sur la méthode de fixation de ces budgets. Sont-ils joués aux dés ?
Est-ce un moyen dissuasif de contraindre un Directeur d’agence et son équipe à passer la main ? Ou de mettre en fort déficit une agence qu’il suffira, sous ce prétexte, de fermer ensuite ?
Ces questions légitimes se posent et nous sont régulièrement posées. Elles contiennent sans doute toutes une part de vérité aussi vrai que les situations varient d’un cas à l’autre.
Il n’empêche que cette budgétisation de la « contribution budgétée » revient, sans surprise, à moduler l’attribution de la part variable de rémunération en fonction des souhaits de l’entreprise. Le curseur « budget » permet de réduire aisément la part de rémunération variable distribuée.

5 Commentaires

  1. Peu importe nos dirigeants sur les situations individuelles. Elle s'est félicitée ses derniers jours allant jusqu'à avoir pour objectif 100% d'agences rentables en 2017. La aussi elle pourra se vanter l'année prochaine d'une très belle évolution puisqu'en fermant les agences en ct négatives, forcément elle pourra faire dire aux chiffres ce qu'elle veut. Que fait-on des collaborateurs ?

  2. Exact je vis la même chose. Un truc de malade.
    J'ai manqué de tomber de ma chaise.
    2016 s'est bien finie mais avec les difficultés connues et là je ne comprends plus. C'est clair que c'est impossible.
    Merci pour l'info.
    Kick off en cours je garde le sourire mais je l'ai mauvaise.

  3. Aujourd'hui il est très clairement demandé aux DA ou DMS de se tirer une balle dans le pied.
    Bientôt on va leur demander d'anticper leur propre démission ou RC.
    Dure et triste loi de la stratégie financière.
    WE ARE, We are surtout bien dans une impasse à venir

  4. Bientôt le GPTW! Seul moment où vous pourrez vous exprimer et qu'enfin la direction d'en haut puisse avoir un baromètre de l'état d'esprit des collaborateurs.
    Forcément, plus les résultats sont meilleurs, plus le scoring pour être reconnue dans le classement GPTW le sera. Et une fois de plus, «Tapage sur le bidon», mais vous ne serez même pas invités.
    Malgré les com' vous qui vont vous conseiller et vous orienter le taper 1, taper 2, taper 3…
    Exprimez-vous réellement!
    Le CHANGEMENT, c'est prochainement, il est grand temps que les Cadres du haut pensent enfin aux EQUIPES du bas 🙂

  5. A commentaire du 20 de 10:52 le collaborateur chez adecco est un collaborateur kleenex.
    Les CDD et contrats d'interim sont logiquement du travail précaire. Les permanents peuvent malheureusement estimer que leur contrat de travail est lui aussi précaire, c'est le budget de leur agence qui donnera le tempo.
    Il va falloir en avaler des couleuvres

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici