Au Comité central d’entreprise de mardi dernier, le 3 décembre, vos élus CFE-CGC on exprimé avec force et verve l’indignation perçue dans le réseau après l’annonce de l’interdiction absolue pour les managers et directeurs de site d’inviter leur équipe pour un modeste repas de Noël ou de fin d’année, occasion idéale pour se découvrir un peu plus et partager une détente et une convivialité que nous confisque trop souvent notre activité.

Le 26 novembre dernier, dans notre article « Où va Adecco ? Que se passe-t-il ?« , nous écrivions à ce sujet : « Un autre exemple choquant parmi tant d’autres de cette radinerie exacerbée, les managers ont pris connaissance de l’interdiction qui leur est faite de terminer l’année sur un (même modeste) repas avec leur équipe sur les frais d’agence. Même si vous dégagez 50, 100, 200 000 euros de résultats et parfois même davantage, il vous est donc interdit d’envisager le moindre repas de fin d’année avec votre équipe qui a trimé à vos côtés ces douze derniers mois. Certains managers nous remontent le conseil qui leur a été généreusement prodigué de procéder selon le principe de l’auberge espagnole : on ne mange que ce que l’on apporte. En clair, l’un apporte du jambon, un autre le calendos, le troisième les baguettes et la bière (sans alcool, of course, politiquement correct oblige !) ».
Nous avons donc exprimé notre mécontentement, notre incompréhension même et demandé à notre DRH Adecco France, présente à la réunion, d’intercéder auprès de la direction afin d’obtenir une autorisation, ne serait-ce que d’un repas à 20, 25 ou même 30 euros. 
Nous n’avons été que partiellement entendus mais entendus quand même. Une information circule stipulant que « Nous avons finalement décidé d’accorder à chaque manager un budget pour inviter ses collaborateurs en cette fin d’année. 
L’invitation au restaurant reste interdite, en revanche, chaque Directeur d’Agence pourra inviter ses collaborateurs au sein de l’agence pour partager un verre de l’amitié. Les dépenses engagées à cette occasion feront l’objet d’une note de frais. Le montant de cette note de frais est laissée à l’appréciation du Manager ». Bon, ne vous avisez quand même pas de célébrer l’amitié au Dom Pérignon ou au Ruinart !
C’est évidemment mieux que rien, même si le compte n’y est pas et nous remercions notre DRH de son intervention. Les managers pourront donc acheter une bouteille de cidre ou d’un quelconque soda et quelques cacahuètes mais la petite soirée sympa au restaurant demeure strictement verboten !

8 Commentaires

  1. C'est toujours les mêmes qui peuvent s'en mettre plein le ventre et se pavaner avec les politiciens, jusqu'au jour où enfin on se rebelle. Plus nous serons nombreux à prendre notre carte syndicale et manifester notre ras le bol, plus nous serons forts et arriverons enfin à faire bouger les choses

  2. Pour ma part, il n'est même plus question de fêter Noel le cœur n'est plus à la fête, autant rentrer plus vite chez moi rejoindre ma famille, aucune considération, alors c'est bien beau de vouloir faire des machins IFED quand t'as même pas 20 euros à consacrer à ceux qui font la force de ce groupe… L A M E N T A B L E

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici