À l’occasion de la journée internationale des
droits des femmes, la CFE-CGC dévoile son MOOC de l’égalité
professionnelle entre les hommes et les femmes, un outil pratique et
pédagogique de formation à distance.

  

Pour sensibiliser et accompagner ses structures et ses
militants en leur apportant des réponses concrètes, la CFE-CGC a conçu
une formation à distance sous la forme d’un MOOC (Massive open online
course) constitué de plusieurs thématiques approfondissant les
différentes facettes de l’égalité professionnelle entre les hommes et
les femmes : égalité salariale ; équilibre des temps de vie ; violences
sexistes et sexuelles en entreprise ; déroulement de carrière ; mixité
des métiers ; représentation des femmes dans les instances
décisionnaires.

D’une durée de 45 minutes, les trois chapitres qui structurent ce MOOC
permettent de visualiser facilement, au fil des vidéos, les enjeux liés à
l’égalité professionnelle, ainsi que les leviers à mettre en œuvre. Des
quiz permettent de tester vos connaissances à l’issue de chaque vidéo
et d’accéder à des ressources complémentaires. Le MOOC CFE-CGC est
accessible sur le site internet confédéral à l’adresse suivante. Une adresse mail dédiée est également disponible afin de répondre aux questions des structures.

À l’occasion de la journée internationale des droits de la femme
du 8 mars, la CFE-CGC rappelle que promouvoir au quotidien les actions
en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes est une priorité.
La CFE-CGC et ses militants prônent l’égalité de traitement au travail à
tous niveaux : organisation du travail, égalité salariale, prise de
décision, conciliation vie professionnelle-vie privée.


Plus de 72 ans après l’inscription du principe « à travail égal, salaire
égal » dans la déclaration universelle des droits de l’homme, des écarts
de salaire injustifiés persistent entre les femmes et les hommes. Par
ailleurs, les résultats de l’obligation faite aux entreprises de publier
leur index de l’égalité femmes-hommes, instauré sous l’impulsion des
partenaires sociaux, posent question. Le premier bilan est mitigé avec
plusieurs entreprises en alerte rouge, la persistance d’un plafond de
verre pour la rémunération ou encore le non-respect de l’obligation
légale d’augmentation au retour de congé maternité si des collègues
occupant le même type de poste l’ont été. Malgré des items bien
identifiés (rémunérations, augmentations, promotions, parité du top
management) et des pénalités financières pouvant représenter jusqu’à 1 %
de la masse salariale, les lois ne parviennent toujours pas à résorber
les déséquilibres.



Pour la CFE-CGC, la question salariale constitue la pièce maîtresse et
doit permettre de résoudre d’autres déséquilibres : recours quasi
exclusif par les femmes au congé parental d’éducation, inégalités en
matière de retraite, surexposition à la précarité… Pour la CFE-CGC,
l’accès aux congés familiaux (congé parental éduction ou congé
paternité) constitue aussi un vrai levier d’action en faveur de
l’égalité. La CFE-CGC a notamment été la première organisation syndicale
à revendiquer la création d’un congé paternité.



Sur tous ces sujets, poursuivons nos efforts pour contribuer à faire tomber les barrières !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici