Ils étaient attendus avec une légitime appréhension et cette fois, c’est fait, ils sont tombés : les objectifs détaillés ont été transmis à presque tous les managers et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ne sont pas SMART mais alors pas du tout. Les collègues qui nous en ont fait part rivalisent dans le choix des qualificatifs à leur appliquer : hallucinants, humiliants, débiles, hors-sol, déconnectés du réel, sadiques, décourageants, ridicules, etc. On pourrait un de ces jours en faire un glossaire.

Les progressions exigées par ces budgets sont parfaitement déconnectées de la situation réelle de l’entreprise, du marché, de la clientèle, de l’état actuel du recrutement et n’ont par conséquent aucune crédibilité, ni d’autre effet tangible que de décourager définitivement ceux qui doutaient encore. Quel but poursuit la direction ? Inciter le plus grand nombre possible de nos collègues à se positionner à l’extérieur afin d’éviter un plan social, son coût et son retentissement ? Nous observons à ce sujet que la multiplication des départs ces derniers mois ne semble pas inquiéter le moins du monde les éminents membres du CODIR, bien au contraire. Dans le cas contraire, il ne serait pas bien compliqué d’établir un plan d’action avec formalisation de la reconnaissance et perspectives de parcours puis revalorisation des salaires. Si rien n’est fait depuis si longtemps, c’est que personne ne souhaite faire quoi que ce soit et que rien ne doit être fait, n’est-ce pas ? CQFD

Selon les remontées que nous recevons, le cru 2022 restera, dans les annales des budgets, les plus déjantés qui soient. Une mention au Guinness des records s’impose. Tel Directeur d’agence se voit en moins d’une semaine rallonger son budget Contribution totale de 200 k€ sans aucune justification. Ici et là on double l’objectif « Perm », on se voit appliquer des progression de chiffres d’affaires de 20, 30, 60%… sans aucun début de commencement d’explication, ni même de dialogue. C’est la Fête du slip dans la famille Frappadingue ! Nous citions il y a quelques jours le cas d’un Directeur d’agence sommé de passer d’une CT de -22k€ en 2021 à + 266 k€ en 2022. Une fois encore, sans aucune justification. Notre DA a dû un instant redouter une caméra cachée, un mauvais sketch façon bizutage. Pire, nous pensions qu’il ne s’agissait là que d’une rarissime  exception, un pétage de plomb bien localisé, mais quelques remontées nous font état de situations tout aussi aberrantes ailleurs. En mode panique, la direction perd les pédales et tente de gagner du temps en multipliant les signes d’allégeance et les effets d’annonce à destination de nos maitres avides.

Nous avons bien entendu consulté nos juristes pour tenter de définir le champ des actions possibles en contestation d’objectifs irréalistes et clairement inatteignables. Qu’une signature soit exigée ou non ne change pas grand chose : la première étape consiste, nous l’avons souvent évoqué dans les colonnes de ce site, à formuler des réserves écrites et circonstanciées dès réception des budgets. Ces réserves doivent être assorties d’explications détaillées sur les raisons qui justifient de l’irréalisme de ce qui est exigé par l’entreprise. Qu’un budget soit parfaitement débile, soit, mais en quoi l’est-il ? Par rapport à quoi ? Selon quelle(s) comparaison(s) ? etc. Si ensuite vous souhaitez aller au contentieux afin de percevoir la part de rémunération variable qui vous a été chipée, il faut retenir que le critère d’inatteignabilité n’est le plus souvent pris en compte par le juge qu’en fin d’année ou en tout cas lors du versement de la prime une fois l’année clôturée.

6 Commentaires

  1. Ceux qui avaient un minimum d’amour propre sont partis depuis longtemps. J’en fait partie.
    Comment rester dans une entreprise qui ne vous respecte pas et vous crache à la figure à chaque avenant de rémunération.
    Maintenant, la question est: quelle est la finalité de la chose? Là-haut, ils voient bien que les pertes de PDM sont liées en partie au passage d’anciens Adecco à la concurrence, que former des CDD qu’on ne garde pas c’est autant d’atouts offerts à la concurrence, que démotiver les permanents dans un marché aussi concurrentiels c’est suicidaire.
    Mon avis, c’est qu’ils misent sur le tout digital. Un big data où les candidats s’inscriraient et où les entreprises viendraient piocher.
    Je pense que la Direction ne croit plus à l’intérim basé sur les relations humaines , sur le talent des recruteurs à détecter les bons candidats, à les « vendre » aux entreprises, à régler les problèmes du quotidien pour satisfaire intérimaires et entreprises.
    En fait la direction ne croit plus au Travail Temporaire d’antan, à ce qui faisait qu’on aimait ce métier.
    Maintenant, on se rend compte que les gens en reviennent du Big data. Comme dans la consommation, on revient aux « circuits courts » , à la proximité d’où le fait que les « petites » ETT progressent avec des gens de terrain.
    Adecco finalement aura toujours un train de retard. Au moment où ils misent tout sur le numérique, la tendance s’inverse. Comme disait Coco Chanel : « la mode se démode, le style jamais ». Par chance, ce sont les femmes et les hommes d’ Adecco qui donnent ce « style ».
    Donc, ex-collègues, prenez votre destin en main!!

  2. Du grand délire !!
    Des budgets balancés par mail comme si de rien n’était …..
    Rien de logique
    Pour ma part quitte à ne rien avoir , ils en auront pour leur argent aussi
    C’est trop facile je trouve de partir c.est ce qu’ils veulent
    Je ne me reconnais pas en disant de telles choses mais c’est la vérité

  3. J’ai pas trop envie d’en rire quand je vois mon budget. Cette fois on a atteint le sommet de la débilité et la direction sait très bien que ses budgets sont impossibles à réaliser.Ça fait peut être rêver l’actionnaire mais ça décourage ceux qui font le job. Quel gâchis !

  4. Je pleure, je pleure…On savait qu’un jour on allait payer ce désengagement, ce désintérêt, ce sentiment d’abandon. L’histoire va prendre fin pour moi, je pars !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici