Du 8 au 26 août, rediffusion du « meilleur de l’année » depuis septembre dernier 

De quoi s’agit-il ? Dans quelle langue nous parle-t-on ? Que signifie cet affreux jargon qui réunit en peu de mots deux sigles et un anglicisme ? Traduction approximative : les assistants de recrutement sont-ils des responsables de recrutement à moindre coût, voire à l’économie ?
La direction et un certain nombre de salariés le démentent, arguant d’une différence de contenu des postes, de responsabilité et de maturité dans la fonction. Des assistant(e)s de recrutement nous affirment l’inverse et ne perçoivent pas vraiment la différence entre leur poste et celui de leur collègue responsable de recrutement. Alors, qui a raison et qui s’égare ? Les choses ne sont pas aussi simples que cela et il se pourrait que chacun détienne une part de vérité.
Pour justifier la différence de fonction et donc de salaire, la direction nous affirme que les deux postes sont aisément identifiables et, par exemple, que l’assistant de recrutement ne remplit pas l’ensemble des tâches, ni n’assume les responsabilités du responsable de recrutement. Elle nous affirme aussi qu’il s’agit souvent d’une différence d’expertise dans la fonction comme dans la maîtrise de ses différents aspects. Enfin ce peut-être, nous dit-on, des collaborateurs affectés à des recrutements assez simples, quantitativement importants et répétitifs et par conséquent ne recouvrant pas toutes les facettes du poste de responsable recrutement.
Côté management, ne nous leurrons pas, recruter un assistant recrutement c’est aussi permettre à un responsable recrutement de prendre un peu d’ascendant  et de valoriser sa fonction en la faisant seconder sur un certain nombre de tâches jugées à moindre valeur ajoutée. Jusque-là, rien à redire et les arguments semblent tenir la route.
Mais le hic c’est que nous rencontrons des assistants de recrutement autonomes dans leur pratique professionnelle, seuls sur la fonction recrutement de leur agence et parfaitement opérationnels sur l’ensemble des aspects du métier. Cette situation n’est sans doute pas la plus répandue mais on peut affirmer dans ces cas-là que l’assistant de recrutement en question est un responsable de recrutement à l’économie, moins cher pour être très prosaïque. Nous rencontrons encore plus souvent le cas d’assistants de recrutement et de responsables de recrutement effectuant exactement les même tâches, dans la même agence, et couvrant les uns et les autres l’ensemble de la fonction recrutement (inscriptions, entretiens, délégations, etc.). Pour corser le tout, il y à des assistants de recrutement, non seulement qualifiés et autonome sur leur poste mais aussi plus anciens que des responsables de recrutement fraîchement embauchés.
Ces situations ne sont évidemment pas acceptables car elle reviennent, pour des motifs strictement économiques à semer la confusion et à léser des salariés qui s’interrogent sur les vraies raisons de leur maintien à un poste moins rémunérateur. D’où notre titre, un peu obscur et provocateur mais qui a au moins le mérite de poser une vraie question. Il est urgent que la direction se penche sur le cas des assistants de recrutement et mette fin à ces anomalies. Premier point facile à identifier et à mettre en oeuvre: il ne devrait plus exister de fonction d’assistant de recrutement dans des agences où n’existe pas de responsable de recrutement. Ce serait déjà la fin de l’incohérence la plus criante.
Quand dans une agence cohabitent les deux fonctions, il faudrait vérifier la segmentation des postes et s’assurer qu’existe un réel différentiel de responsabilités comme de savoir-faire. Enfin, sur l’aspect expertise, on peut imaginer que la fonction d’assistant de recrutement représente un relativement court passage vers une fonction de responsable de recrutement. Inutile d’avancer une durée (un an ? dis-huit mois ?) mais est-il normal de rencontrer des recruteurs présents depuis plusieurs années dans l’entreprise et autonomes sur la fonction recrutement qui soient toujours « assistants » de recrutement ? 
La question est posée. Les réponses ne sont pas forcément simples mais un principe l’est : les assistants de recrutement ne doivent en aucun cas être des responsables de recrutement à petit prix.
(Paru le 27 décembre dernier sur ce blog)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici