Une chargée de recrutement d’une agence d’emploi à Bayonne qui usait et, semble-t-il, abusait des réseaux sociaux pendant les heures de travail vient de voir son licenciement pour cause réelle et sérieuse validé par la cour d’appel de Pau. 
En 2009, l’employeur avait rompu son contrat CDI après avoir constaté que la donzelle avait un peu trop tendance à contacter ses nombreux « amis » Facebook pendant les heures ouvrables et, de plus, à fréquenter assidûment toutes sortes de sites Internet dont des sites de rencontres, sa messagerie personnelle et… un site de lingerie féminine pour lequel elle exerçait une activité commerciale parallèle, toujours pendant le temps de travail (Où il y a de la gaine, il n’y a pas de plaisir, disaient nos grands-mères). L’employeur s’estimant grugé en temps de travail avait à cette époque licencié la salariée pour faute grave, motif que n’a donc pas retenu le juge en appel.
Celui-ci a néanmoins rappelé que « l’utilisation à des fins ludiques de l’ordinateur professionnel pendant le temps de travail était une  violation des prescriptions du contrat de travail ». Toutefois, il s’agit d’une question d’intensité d’utilisation puisque le législateur stipule, lui, que « Sur le lieu de travail, le salarié peut avoir à sa disposition une connexion à Internet.
En règle générale, l’utilisation d’Internet doit être professionnelle,
mais une utilisation personnelle est tolérée si celle-ci est
raisonnable ».
La salariée, visiblement très relationnelle, avait outrepassé la raison.
Pour mémoire, à Toulouse en 2007, un salarié avait été licencié pour faute grave pour avoir surfé pendant 41 heures… Donc, Internet au boulot, c’est comme le Bordeaux : avec modération.
Profitons-en pour rappeler que la consultation se sites syndicaux pendant le temps de travail et sur l’ordinateur professionnel demeure parfaitement licite et donc autorisée. A bon entendeur, salut !

La semaine prochaine :
Des Responsables de recrutement parlent
Middle-Office : les CHSCT plus que jamais mobilisés
La grande inquiétude des salariés du Middle-Office

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici