Du 3 au 27 août rediffusion du meilleur de l’année
 
Le Directeur d’agence multi-sites devrait bientôt, si l’on en croit nos
informations, rétrograder au poste de Directeur d’agence tout court. Le
mouvement procède d’un cycle de moyen terme puisque tous les quatre à
cinq ans, le balancier repart dans le sens opposé. Il y a le cycle au
cours duquel le Directeur d’agence performant se voit confier la
responsabilité d’une deuxième, voire d’une troisième agence puis vient
le cycle suivant pendant lequel la Direction décide de replacer un
Directeur à la tête de chaque agence. Éternel dilemme entre les
économies de masse salariale et les limites qu’elles imposent dans le
développement commercial et la qualité managériale de proximité.





Ainsi donc nous allons à nouveau entrer dans le cycle du retour à la
formule un DA par agence. Le problème, c’est que tous les Directeurs
d’agence qui ont vu leurs efforts valorisés par une évolution de
carrière les amenant à étendre leur champ managérial et commercial sur
une deuxième et parfois une troisième agence et même quatrième risquent
fort, si ils acceptent de signer un avenant dans ce sens, de subir une
véritable régression de carrière. Passer de la direction de trois
agences à une ne procède pas vraiment d’une carrière évolutive. Et puis,
si telle est la décision de l’entreprise, était-il raisonnable de se
défaire d’autant de Directeurs d’agence, souvent expérimentés, pour se
rendre aujourd’hui compte qu’il va falloir en remplacer ?





Bien sûr, les arguments de la Direction ne manquent pas qui mettent en
avant tantôt la proximité managériale, tantôt la pénétration commerciale
mais aussi une meilleure gestion du temps, moins de va-et-vient sur la
route, une organisation simplifiée… Peut-être mais n’empêche que le
cadre en question se trouve bel et bien lésé dans sa carrière et sa
pratique car nul ne peut nier qu’il s’agit d’un déclassement de poste et
que le cadre en question se trouve bel et bien tiré vers la bas.





Ceci dit, rien ne peut se faire sans l’accord du Directeur d’agence
concerné qui demeure libre de signer ou non l’avenant qui lui sera
proposé. Nous conseillons notamment de réfléchir à l’avance sur les
incidences quant à la part variable et il est toujours plus aisé de se
« refaire » sur deux ou trois agences que sur une. Sans parler, la chose a
son importance, du véhicule de fonction qui aura sans doute une
fâcheuse tendance à rétrécir à mesure de la fonction, lors de son
remplacement.





Nous adressons donc un message de vigilance à tous nos collègues DAM
afin qu’ils y réfléchissent à deux fois avant de signer un avenant qui
entérinerait durablement une carrière à reculons. Soyez acteur de votre
parcours et de votre carrière. Ne restez pas isolé(e)s et rejoignez la
CFE-CGC, syndicat naturel des salariés permanents de l’entreprise.
N’hésitez pas à nous transmettre vos propositions d’avenant pour
analyse.




LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici