Nos diverses publications sur la digitalisation de notre profession font réagir et c’est tant mieux. Rien de pire que l’indifférence, l’apathie et le « je-m’en-foutisme ». Mais nous pouvons vous dire que ce n’est pas le cas.
Sur FaceBook, la PDG de Qapa, Stéphanie Delestre, réagit à notre publication et si sa réaction nous flatte, bien sûr, elle appelle néanmoins un commentaire et surtout une précision bienveillante mais nécessaire..
Lorsque Stéphanie Delestre écrit « Quand le syndicat CFE-CGC d’Adecco valide le modèle Qapa Intérim : trop fière 😀 », la dynamique PDG de Qapa va peut-être un peu vite en besogne. Notre vocation est d’informer, de commenter, de débusquer l’information où qu’elle se niche dans le but de défendre tout à la fois les salariés et le statut cadre.
Nous ne « validons » pas le modèle Qapa mais nous contentons d’informer sur la digitalisation de notre profession et ses conséquences sociales, humaines, sur la qualité, la sécurité, le respect des salariés, etc… Il est évident que cette mutation technologique aura d’autant plus d’impact dans le domaine des services, ce qui justifie notre mobilisation et notre vigilance.
La digitalisation de notre profession soulève quand même un certain nombre de questions auxquelles ses acteurs devront sans doute rapidement répondre. Quid des sensibilisations et formations à la sécurité ? des études de postes ? de la gestion sociale et humaine des salariés intérimaires ? de leur formation ? de la fourniture des équipements de sécurité ? de la vérification des différents éléments administratifs et de preuve ? de la RSE, de la santé et de la qualité de vie au travail ? et quantité d’autres interrogations…
Le modèle  entièrement digital (full web) résistera-t-il à son premier accident de travail mortel ? Qu’en pense l’administration ? D’autre part et sur un autre plan, cette concurrence peut-elle vraiment être considérée comme loyale si on la compare avec les acteurs « classiques » du secteur tel Adecco qui ont mis des décennies à crédibiliser et sécuriser juridiquement et socialement une prestation difficile et délicate ?
Aujourd’hui, ce nouveau modèle économique pour notre profession suscite beaucoup plus de questions qu’il n’existe de réponses car nous ne sommes ni marchand de limonade, ni voyagiste, ni loueur de véhicules.
Nous sommes prêts et aurions plaisir à en discuter et à échanger sur ces évolutions prévisibles de notre profession, que ce soit sur Facebook, Twitter, Linkedin, par messagerie, au téléphone ou en face-à-face.
cfe.cgc.adecco@gmail.com

4 Commentaires

  1. Bien vu,belle réponse:on ne pourra pas tout faire derrière un clavier.Il faudra bien à un moment atterrir et revenir dans la vraie vie avec des vrais gens si on veut des vraies factures et du vrai fric !

  2. Avez-vous tester Qapa.fr?
    Je vous y invite, il y a encore du boulot!
    On en reparle dans 4 ans? Ce fameux cycle de la mode! Si nous étions finalement dans le même monde?
    Perso, je ne troque pas ma culotte contre une annonce vide de tous sens!!!!!

  3. Ce qui est flatteur, c'est de voir que ce blog est suivi, et pas par n'importe qui.
    Je valide cet «effet de mode». Quand il faudra gérer les à côtés, on en reparlera.
    Toujours faire du bas de gamme, on en voit les conséquences.
    Prenez le cas de la grande distribution alimentaire, quelle enseigne n'a plus ce discours sur la qualité des produits mettant bien souvent en avant le côté régional et de proximité avec les producteurs locaux.
    Vous me direz que le jeu n'est peut-être pas toujours bien joué, mais la qualité d'une prestation de service a un prix et plus vous le baissez moins vous avez de marges, dans tous les sens du terme d'ailleurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici