L’effondrement prévisible de longue date de la Deutsche Bank ne laisse rien présager de bon pour le système financier et ce pourrait être le détonateur d’une importante crise à venir. Pour nous cantonner à notre sujet, Adecco, voici ce que l’on peut déjà lire dans la presse financière : 


« Dans le cadre d’une note sectorielle consacrée au travail temporaire,
Deutsche Bank est passé à la vente sur le titre Adecco, contre un
précédent conseil de ‘conserver’ la valeur. L’objectif de cours est
écrêté de 52 à 50 francs suisses, soit un potentiel de baisse de plus de
10%.

Certes, la croissance du marché nord-américain a tiré les
résultats des entreprises du secteur, indique une note de recherche,
mais cette tendance va probablement s’affaiblir.

Or si les États-Unis ne représentent qu’environ 20% des profits d’Adecco et de
Randstad, ils concentrent respectivement 50 et 60% de la progression des
résultats d’exploitation ajustés depuis 2008, calcule une note.
L’affaiblissement de la croissance des États-Unis – hypothèse retenue
par Deutsche Bank – pénaliserait donc les deux groupes, et
contrebalancerait de meilleures tendances en Europe
. » (source : ABC Bourse)

Cette analyse explique en grande partie les mouvements de grande ampleur au CODIR et ce qui nous attend à la rentrée. Prenez quelques minutes pour relire notre article du 3 janvier dernier : « Les milieux financiers anticipent une baisse d’activité de l’intérim« . Nous reviendrons très vite sur le sujet…

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici