Non seulement la grosse chaleur fatigue toujours mais elle peut, de plus, entrainer de sérieux accidents de santé, parfois mortels, selon l’état de santé du salarié. Le télétravailleur la subit parfois tout autant à son domicile que dans l’entreprise, parfois plus même selon la configuration de son logement et selon qu’il bénéficie ou non de la climatisation au bureau ou chez lui. Voici encore un paramètre à prendre en considération dans les conditions de travail tout comme nous évoquerons prochainement les accidents de travail à domicile.
Ne doutons pas que le droit du travail, déjà bien fourni, devrait s’enrichir rapidement d’une copieuse jurisprudence pour tout ce qui concerne les situations de télétravail et les accidents survenant au domicile ou sur le lieu de travail puisqu’il n’est nullement imposé de travailler depuis chez soi.
Que peut-on faire contre la canicule en situation de télétravail ?
 
Comment supporter la canicule en situation de travail et peut-on s’en arranger tout à fait librement, avec tous les arrangements que l’on souhaite ? Le salarié peut-il, par exemple choisir d’aménager ses horaires, en travaillant, très tard le soir voire de nuit, pour échapper à des températures insupportables en journée, supérieures à 35 degrés, par exemple ? Absolument pas, le salarié ne peut décider de l’organisation de son travail qui relève du pouvoir de la direction. Il peut toutefois suggérer des aménagements en expliquant sa situation personnelle à son hiérarchique.
En théorie, l’employeur doit, en cas de canicule, s’enquérir des conditions de ventilation du lieu de télétravail mais il ne doit, ni ne peut installer la climatisation à votre domicile. Mais l’employeur étant dans l’obligation de protéger la santé et la sécurité de ses salariés, il doit en revanche pouvoir proposer une alternative telle que le retour au bureau, par exemple, ou le travail dans un espace dédié au coworking
Côté vestimentaire, le salarié peut évidemment télétravailler dans la tenue de son choix et le port d’un short, de tongs ou un décolleté plongeant ne devraient en principe pas entamer la productivité. Toutefois, dès lors qu’il s’agit de rendez-vous ou réunion en visioconférence, les règles de bienséance reprennent le dessus et l’employeur peut exiger une tenue correcte, c’est-à-dire adaptée à la situation. 
Le choix de la tenue relève en effet de la vie privée mais l’employeur peut arriver à démontrer que « la tenue est nécessaire au but recherché et légitime », notamment dans les contacts avec des clients, prospects ou même pour des réunions professionnelles. On pourrait philosopher longtemps sur ce qui relève d’une « tenue correcte » mais il apparait dans les faits, que le concept ne parait pas trop difficile à défendre.

Pour le reste, il revient au salarié de ne pas s’exposer inutilement, de s’hydrater tout au long de la journée et de consulter dès l’apparition de symptômes liés à un coup de chaleur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici