C’est officiel, le « pure player » QAPA, numéro deux de l’intérim digital en France, rejoint le giron du groupe Adecco. Depuis deux mois nous brulions d’impatience de révéler cette information essentielle qui nous avait été transmise grâce à une indiscrétion. Dans notre communication « Quickmatch nul » du mois de juillet, nous avions écrit « incapable de produire une solution digitale satisfaisante, il reste au groupe à acquérir au plus vite une entreprise d’intérim « pure player » QAPAble de le faire. C’est maintenant chose faite » avant de retirer bien vite ce « Q » qui contrevenait à la nécessaire confidentialité d’une telle transaction. Il n’était pas question de nuire aux tractations en cours pour une simple histoire de « Q » !

QAPA, acteur digital de l’intérim est un jobboard créé en 2011 qui s’est reconverti à l’intérim en 2016 et s’organise aujourd’hui en QAPA Staffing, pour le recrutement et QAPA Intérim. Avec un siège à Paris, une équipe technique à Grenoble depuis 2017 et depuis 2019 un bureau à Bordeaux, soit au total une cinquantaine de salariés. Le format PME classique mais visiblement doté d’une interface numérique enviable.

Nous assistons donc à un mariage de raison entre un ténor de la profession, nous en l’occurrence, qui peine à digitaliser notre métier et vient d’essuyer un cuisant échec avec AQM, et une start-up/PME parfaitement digitalisée dont les observateurs estiment qu’elle est aujourd’hui parvenue à ses limites en ayant échoué à conquérir les marché à volume. Tout comme son concurrent direct Iziwork d’ailleurs.

Ce mariage de raison se double évidemment d’un mariage d’argent puisque QAPA vit un véritable conte de fée en encaissant 65 millions d’euros dans cette transaction, tandis que le groupe Adecco escompte réaliser à court-moyen terme les bénéfices inhérents à une digitalisation accélérée de son offre. Comme l’annonce fièrement notre président, nous allons maintenant bénéficier d’une nouvelle offre 100% digitale « powered by Adecco« .

C’est un véritable tournant ou plutôt un accélération dans la digitalisation de notre métier, accélération que nous avons très régulièrement annoncée sur notre blog CFE-CGC Adecco. Évitable ou non, nous n’entrerons pas dans un débat philosophico-économico-humaniste et nous contenterons de nous centrer sur les impacts sociaux et humains de cette mutation. Vigilance donc, d’autant que les cheminements, références professionnelles et culturelles apparaissent assez dissemblables.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici