Selon une récente étude menée par le groupe Adecco, la majorité des cadres souhaite désormais alterner entre travail à distance et présentiel. Si la plupart d’entre eux estiment que leur productivité a été largement augmentée, ils sont nombreux à souffrir de « burn-out ».

 

Des cadres plus productifs, mais pour la plupart en « burn-out« . Voilà le principal enseignement à retenir de l’étude menée par Adecco et publiée par Le Figaro ce lundi 6 septembre 2021. D’après les résultats de l’étude réalisée sur 15 000 cadres dans pas moins de 25 pays depuis la mi-mai, 53% des personnes interrogées veulent alterner entre travail présentiel et à distance.

Si cette donnée semble peu surprenante au regard des envies similaires recensées chez tous les salariés du privé par d’autres cabinets d’étude depuis le début de la crise sanitaire à propos du télétravail, il en va de même concernant la productivité des managers. Selon les résultats de l’étude d’Adecco, huit cadres interrogés sur dix indiquent que les semaines se rallongent, au-delà de la barre fatidique des 40 heures. D’ailleurs, ces derniers entendent être évalué non plus en fonction de leur temps de travail, mais en fonction de leurs résultats, quand bien même seulement « 36% des manageurs mesurent la performance en fonction des résultats« , indique Adecco.

Conséquence directe de ce changement de mentalité : la très large majorité des personnes interrogées estime que la « charge mentale pro » s’est dégradée, en particulier chez les jeunes manageurs. En effet, plus de la moitié d’entre eu indiquent souffrir de « burnout » depuis le début de la période. Pour Adecco, cette situation met en lumière l’importance -voire l’urgence- de doter les cadres « des compétences et des capacité nécessaires pour raviver la motivation et construire une culture d’entreprise cohérente, source de performance« .

Source : Le Figaro via Sortir à Paris

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici