Les remontées du réseau faisant état de conditions de travail dégradées et de pressions managériales devenues nerveusement insupportables (et sans la moindre efficacité) se multiplient et aucune région ne peut se targuer d’être tout à fait épargnée. Il n’empêche que toutes ne sont pas forcément égales pour autant et certaines occupent davantage le devant de la scène que d’autres. C’est le cas du périmètre Ouest ou tout au moins et afin d’éviter toute généralisation, de l’une de ses parties. Nous en évoquerons une seconde dans un deuxième temps.

Souvenons-nous de notre alerte le 8 avril 2019, il y a tout juste trois ans jour pour jour, lorsque dans l’article titré « Que se passe-t-il à l’Ouest ? » nous dénoncions une certaine forme de management, si l’on ose dire, essentiellement basé sur la peur et l’intimidation au service d’un pouvoir tyrannique surtout soucieux de briller en haut lieu afin d’en obtenir quelque grâce. Nous avions subi de fortes pressions et incitations à regarder ailleurs et à ne surtout plus nous mêler de… ce qui, précisément nous concerne : la santé, la dignité et les conditions de travail de nos collègues.

Aujourd’hui, c’est une zone en particulier qui nous soucie et attire notre attention. Une zone que nous suivons d’ailleurs particulièrement de près et pour laquelle nous disposons maintenant de nombreux témoignages édifiants. Et là, croyez-nous, pas d’idéologie, ni de philosophie mais des faits dont certains aux conséquences dramatiques. Un AVC ayant entrainé une invalidité, un infarctus, des iniquités flagrantes, plusieurs cas de souffrance caractérisée et des témoignages évoquant un management davantage régi par l’affect, l’émotion et sans doute la chimie hormonale que par la raison et le souci du bien commun. Il nous est évoqué une gestion hyper contrôlante des équipes dont seuls quelques favoris semblent jouir d’une grâce, évidemment provisoire mais inconditionnelle. Pour les autres, ce serait plutôt dans le genre « je ne te lâcherai pas », « je vais te faire la misère » et autres amabilités engageantes du même tonneau.

De tels comportements managériaux aberrants remonteraient à la nomination du DZ en question ce qui remonte quand même à quelques années sans que l’on ne pressente la moindre velléité de les amender de quelque façon que ce soit. Certains témoignages marquent une inquiétude devant la persistance dans le temps de tels comportements. Comme si les multiples alertes locales et les nôtres n’existaient pas ou se volatilisaient avant de parvenir aux principaux intéressés. Il nous semble urgent de rétablir vivement les principes fondamentaux d’une saine gestion des effectifs, dans le respect de la législation, bien sûr, mais aussi d’une certaine éthique et de quelques valeurs fondamentales…

L’obsession de notre direction nationale, mais il semblerait que ce soit la faille la plus répandue dans les grandes entreprises, ce sont les petites cases à cocher. Il s’agit bien entendu d’un raccourci et nous entendons par là le véritable harcèlement mené à l’encontre des équipes afin de faire coller la réalité aux exigences administratives et techniques de l’entreprise. Un exemple emblématique, le TAC, dont le suivi obsessionnel consiste à obtenir un taux à 100% pour la zone puis, par cumul, en Direction opérationnelle afin d’assurer sinon le confort tout au moins une certaine sérénité au Directeur opérationnel et aux Directeurs de zone. Il ne s’agit bien entendu plus de vendre, d’être performant, de comprendre le client ou le prospect, de lui présenter une offre adaptée et lui offrir un suivi chaleureux et personnalisé mais juste de réaliser ou le prétendre le nombre de visites imparti.

Sous des dehors baba cool, limite pisse & love (ou l’inverse), le Directeur de zone auquel nous nous intéressons aujourd’hui se veut bon soldat et cravache à tour de bras des équipes éreintées par la multiplication des procédures, process, outils, animations, challenges et surtout reportings. Plus le temps en tout cas pour un commercial d’aller voir des clients, ni pour un recruteur de recruter : tout cela est dépassé et il ne s’agit plus que de passer huit heures par jour à pianoter derrière son écran pour répondre aux obligations procédurales. Pendant ce temps-là, la concurrence fait le job et continue à nous tailler des croupières dans les parts de marché. CQFD. Les tensions induites par ces exigences contradictoires entre les contraintes technocratiques et la nécessité de développer son affaire sont d’ailleurs à l’origine d’un mal-être permanent de nos collègues aux retentissements plus ou moins sévères selon les tempéraments.

Question : combien faudra-t-il d’accidents de santé voire de drames humains pour que certains comportements soient définitivement proscrits ? Quel taux de turn-over semble-t-il dangereux ou nuisible pour l’entreprise de dépasser ? Et si nous travaillions ensemble sur la qualité de vie au travail (QVT) ? Sans prétention aucune, nous avons à ce sujet des choses à dire et quelques savoir-faire.

Rappel : nous ne pourrons valider les commentaires mentionnant un nom ou insultants, menaçants et contrevenant d’une manière ou d’une autre la législation.

30 Commentaires

  1. Les DA sont managés par la terreur. Combien de temps encore la direction va-t-elle ENCORE couvrir ces méthodes ?

  2. Ah oui c’est chaud quand même !!! quoi que nous à l’ouest, nous avons un DZ qui prend le chemin aussi dans ce sens;;; CERTAINS DA commencent à saturer….

  3. C’est plus un constat, c’est une Catastrophe, que dis je un tsunami émotionnel
    ça fait froid dans le dos, dans un premier temps tout mon soutien aux collaborateurs victimes de cette situation extraordinairement indigne.

    Après vos beaux discours de QVT blablabla carrez vous les biens profondément, il ne faut rien lâcher , un marquage à la culotte pour notre survie et intégrité

    bon courage

  4. clairement, on va dans le mur ! et ça va pas s’améliorer ! quand on voit les budgets demandés sur Q2 ! les dz vont très nettement durcir le discours !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    et je vous dis pas la DO, ça va être du très directe !!!!!!

  5. Une RRH qui reste sourde aux remontées du réseau ?
    Rien de surprenant quand on sait qu’elle est du sérail et se faufile telle une anguille (grassement payée par le réseau) au gré des enjeux politiques afin de garder son poste.
    Croyez moi, les souris dansent sur Nantes.
    Tiens, je m’en vais téléphoner à Élise Lucet pour qu’elle programme un cash investigation sur les méthodes employées par nos petits Suisses.

  6. Les DZ ne gèrent plus la pression de la direction et ça va être dramatique
    Et surtout improductif
    Encore des DZ en burn-out dans le nord
    Très grave quant on en arrive là
    Force aux équipes , c’est nous qui avons le pouvoir les clients et les intérimaires !!!

  7. Effectivement, mon DZ a mis fin à ma période d’essai parce que je ne mettais pas assez la pression sur mon agence… Et je lui avais dit qu’au XXIeme siècle l’ultra reporting au tableau Excel et le micro management ne devrait plus exister = je crois qu’il n’a pas aimé ma transparence…
    Courage aux équipes terrains qui tiennent malgré tout

  8. Adecco Leader des Ressources Humaines.. Leader des ressources ça c’est sur mais humaines pas du tout ! Il faut changer de slogan et hanger complément de style de management !

  9. Une Do qui ne connaît absolument rien au métier. Des Dz ne se souciant que du résultat mais pas des équipes. J’ai entendu dire que sur la région nantaise ça n’était pas mieux. Des personnes de plus de 20 ans d’ancienneté démissionnent. Les rps ils s’en fichent.

  10. Il y a le même vent en idf et les rrh sont pas vraiment efficaces ou n’ont aucun pouvoir. C’est le DO qui décide les DZ exécutent et la troupe fait ce qu’on lui dit

  11. C’est sur toute la façade Atlantique que les départs de ceux qui font la société depuis 10, 15 et 20 ans, se fait sentir: Rennes, Nantes, Angers, Niort, Bordeaux et toutes les agences de l’Adecco des champs.
    Et croyez moi ce n’est que le début.
    Nos dirigeants pensent que ces départs seront compensés par les petits nouveaux ?!
    Mais quand je vois la motivation de ces petits nouveaux et les remarques 1 mois après leur arrivée en agence (« moi je respecte les horaires »; « je ne ferai pas les heures que vous faites »; « hors de question de mettre au second plan ma vie de famille »…). Comment leur jeter la pierre pour un salaire de misère ?
    Mais je peux vous dire que les PDM ne sont pas prêtes à augmenter.
    Nos dirigeants sont hors sol et bien assumez maintenant que la machine est cassée.

  12. Je ne peux pas croire que cela soit fait par hasard ou ce serait vraiment de l amateurisme
    Pour moi c est voulu c est un plan social qui ne dit pas son nom pour sortir les anciens
    La preuve les DRH se suivent sans que rien ne change
    Des malhonnêtes prêts à tout pour la rentabilité
    Que ceux qui collaborent à cette stratégie puissent encore se regarder dans une glace …………………….
    Sans rougir de honte

  13. Bien évidemment que tout cela est volontaire et organisé. Avez-vous déjà oublié cette fameuse liste noire ? Pour ceux qui après avoir eu connaissance de leur nom sur cette liste et qui sont restés dans l’entreprise , vous devez avoir une paix monumentale ?? Les RPS est le dernier des soucis de ce groupe ! J’ai appris que dans une zone de l’Ouest, un DZ a son actif deux burn-out reconnus en maladie professionnelle. Il est vrai que nous en sommes qu’à 1 suicide de DA dans une autre zone.. C’est insuffisant par rapport à l’affaire France Télécom, vous allez me dire….Alors comment peut-on encore croire que des DZ ne sont pas protégés alors qu’ils devraient avoir été orientés vers d’autres horizons … La réponse est que tout simplement ils font ce qu’on leur demande de faire …..

  14. Quand je vois le pilotage des DZ à L’ouest, c’est une honte et je peux vous dire qu’avec les budgets de Q2 ils vont encore monter en pression, ça va être chaud là !
    On a beau le répéter : il faut faire confiance aux DA et leurs équipes, laisser les faire, et payer les comme il se doit, c’est pas avec 5% de variables qu’un recruteur va faire plus, c’est quoi la stimulation à ce niveau là vu les budgets demandés, AUCUNE ! comment voulez vous avoir de la motivation dans les équipes quand tu sais que tu vas avoir du mal à avoir du variable, et que de toute façon ton enveloppe elle, est limitée alors qu’avant tu touchais le fruit de ton travail et plus d’ailleurs, et je ne parle pas de l’inflation maintenant….

  15. Quand je vois la nouvelle DO, je peux vous dire que ça être du directe live avec nos DZ, attendez vous à une offensive de call, d’appels individuels !

  16. En effet la DO a une méconnaissance totale de nos métiers. Certains DA se désistent au dernier moment ou au bout de quelques jours. Carrer center, Qapa, quand on voit les premiers retours c’est catastrophique, certes nous allons entendre oui mais même pour 3 personnes déléguées ça vaut le coup. Attendons d’avoir le coût total de ces supports et on verra rapidement que rien ne vaut l’agence physique et surtout des personnes de terrain. Des vraies personnes du terrain.

  17. clairement, il faut renforcer les équipes agences, donner du sens ! et avoir un système de variable qui soit stimulant ! aujourdhui j’ai 4 recruteurs qui me disent, pourquoi j’en ferai plus de toute façon je n’aurai pas mon variable vu les budgets, et VOILA LA MESSE EST DITE ! la direction n’a rien compris : expliquez moi COMMENT ? vous allez stimuler et motiver des recruteurs quand vous savez déjà d’avance qu’au vu des budgets, ils n’auront pas leur primes

  18. Est ce qu’il y a des zones plus que d’autres ? parce que sur la notre c’est folklo ! t’as pas ton tac, t’as pas ton tac pa, et cette semaine à 100% oui bien sur !!! avec 2 permanents en cp et 1 arrêt maladie ! soyons logique un peu et arrêter de nous taper sur la tête ! je rappelle juste une chose, c’est le réseau qui vous paye ! plus de réseau plus de salaires !

  19. dédicace au Grand Ouest 🙂 bon courage !!!!!!!!!!
    quand on voit les budgets, tout le monde passe au rouge ce n’est pas une surprise 🙂

  20. Je suis à l’ouest et je suis Da et je reconnais mon DZ dans cette histoire ou alors il y en a plusieurs comme ça…
    Mal de ventre, pression, stress, manque de transparence.
    C’est mon quotidien et pourtant mon agence performe.
    Plus trop d’espoir d’être sauvés

  21. Alors on résume
    Un système de rEm pas motivant pour les équipes
    Des budgets de fou furieux
    Des DZ qui petent les plomb
    Mais ça va s’arrêter quant la course au pognon ?

  22. VIVA LA REVOLUTION EL GRINGO 🙂
    Sérieusement je ne comprends pas mon DZ, il est focusé sur ce que nous remplissons dans GOELAND, il croit quoi qu’on se tourne les pousses en agence !!!! HALLUCINANT !!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici