Nul n’est à l’abri de la malfaisance des hackers ou « pirates » informatiques, pas même les entreprises technologiques les plus en pointe sur le sujet. D’autant plus dans un contexte international à hauts risques et un monde entièrement informatisé. AKKA Technologies vient donc de subir une attaque de type ransomware consistant à voler les données d’une entreprise, l’empêcher d’y accéder et à ne les lui rendre que moyennant une rançon, généralement assez élevée. Ce type de chantage d’un nouveau genre se répand de plus en plus et met en péril les entreprises entièrement dépendantes de données numériques, c’est-à-dire pratiquement toutes les entreprises. On imagine l’enjeu pour celles qui ne récupéreraient pas leurs données…

Plusieurs des clients de cette entreprises de services numériques (ESN) ont rapidement donné l’alerte et coupé tout lien avec elle afin de se préserver. Ce braquage numérique de AKKA, entreprise de dimension internationale rachetée par le groupe Adecco et en pleine fusion-restructuration, présente aussi bien dans l’aéronautique et aérospatiale que dans l’automobile, le ferroviaire, la santé, l’énergie, les télécommunication. provoque un vent de panique au sein de la direction comme dans la clientèle et parmi les salariés.

Nul n’est à l’abri de ce type d’attaque, pas même une entreprise informatique rompue aux technologies les plus avancées, particulièrement sensibilisée de plus à la sécurité informatique et qui, à ce titre, avait annoncé en février dernier  sa participation au projet européen PRECINT rassemblant un consortium international de 40 partenaires, avec le but commun de « fournir un framework et une méthodologie » pour assurer la sécurité et la résilience des infrastructures critiques de l’union – tant d’un point de vue physique que cyber. Même les prestataires les plus pointus sont aujourd’hui à la merci de ce type de délinquance plus ou moins organisée. L’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) l’évoquait déjà dans son rapport d’activité 2018 et elle est revenue sur le sujet en tout début de cette année, à l’occasion de la publication de son panorama de la menace informatique pour 2021.

Même si l’enjeu concernant les particuliers demeure sans commune mesure, il apparait nécessaire de prendre très au sérieux, et de plus en plus, les risques liés à l’informatique et d’adopter à la fois quelques outils simples, pas forcément couteux et, surtout, de bonnes pratiques au quotidien. Nous avons déjà évoqué le sujet mais, dans le contexte actuel, il mérite évidemment d’être régulièrement abordé.

6 Commentaires

  1. A faire  » l »autruche » sur nos mises en garde répétées voilà encore un exemple que le tout digital n’est pas la panacée …. c’était juste pour amorcer un contact avec Gaston qui lui seul peut comprendre l’argument animalier …j’en rigole encore quelle fulgurance

    • Alors là mon p’tit gars faut pas trop me chatouiller sur le sujet. Question autruche c’est un bestiau plutôt couillon mais je kiffe ses plumes dans le dargeot des ladies du Moulin Rouge. Surtout que les mistinguett elles ont de la conversation ! Parait que l’autruche elle se met le bocal dans le sable quand elle a les jetons mais moi je dis que c’est craignos quand même de se protéger que la tronche. C’est un vrai pousse-au-crime et c’te pauv’conne voit pas le danger qui peut lui venir dans l’arrière-boutique ! A moins que son kif c’est l’invité mystère ! Va savoir

  2. C’est un mauvais coup pour l’image mais ça peut arriver à tout le monde.Espérons qu’il n’y aura pas trop de dégâts

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici