Klaus Schwab, Grand Maître du WEF

Chaque année se tient à Davos, petite station suisse huppée de sports d’hiver, la réunion d’un certain nombre de décideurs de l’économie et de la politique sous la houlette du très controversé Klaus Schwab. C’est le fameux Word Economic Forum (WEF) annuel. Nous avons régulièrement abordé le sujet et il suffit de taper « Davos » dans le moteur de recherche de ce site pour accéder à nos différents articles. Pendant quelques jours, le charmant village suisse subit la plus grande concentration mondiale de milliardaires et de leurs affidés dans un entre-soi rassurant où l’on devise sur les grands maux de ce monde avec la pénible certitude de n’en pouvoir  régler aucun. Guerre en Ukraine, environnement, perspectives économiques et géopolitiques, épidémies… tous les titres du vingt heures y sont débattus entre convives de bonne compagnie.

Cette année, l’un des thèmes porteurs aura été l’emploi et, bien entendu, les salaires en complet décrochage avec l’inflation et ce que cela suppose de dégringolade du pouvoir d’achat. Se voulant rassurant, Christophe Catoir, président du groupe Adecco, interviewé dans La Matinale en direct de Davos, afficha un optimisme de bon aloi quant aux négociations  avec les partenaires sociaux qui permettraient à l’Europe, a-t-il affirmé, d’être un peu plus épargnée par ce risque. Alors là tu me copieras cent fois « je ne dois pas faire mon intéressant devant les journalistes » et cent fois « lorsque l’on gèle les salaires fixes pendant quatorze ans, on contribue de fait à une forte baisse du pouvoir d’achat de ses salariés ». S’il y a des fautes d’orthographe ou des pâtés, ce sera cent fois de plus.

Sinon, voici quelques verbatims issus de l’interview donnée par notre président à RTS (référence en bas de l’article). Au sujet de la rareté des candidats qualifiés qui permet, est-il suggéré, de maintenir le niveau des salaires notre président estime que : « Ce qu’on constate, c’est que les augmentations sont quand même assez importantes. Un écart existe donc, mais il se résorbe petit à petit juste par l’offre et la demande de compétences sur le marché ». Il constate par ailleurs une tendance récente des entreprises à investir dans le capital humain, rompant ainsi avec la vision purement financière des années 2008 : « Mais aujourd’hui, du côté des entreprises, la demande de compétences n’a pas faibli. Beaucoup ont compris qu’il y avait une nécessité d’investir sur le long terme, donc dans le capital humain ». La plan de surinvestissement en est sans doute une illustration.

Bref, rien de bien novateur si ce n’est peut-être une prise de conscience progressive que le système qui a si bien profité aux invités de Davos semble parvenu à ses ultimes limites et que la difficile conjoncture actuelle et ses prévisibles soubresauts sociaux pourraient augurer d’un changement progressif de paradigmes.

Source : RTS

 

 

5 Commentaires

  1. inflation : quel vilain mot !
    je pense qu’en tant que salariés Adecco nous on ne doit pas le connaitre car il est de notoriété publique que nous avons des salaires mirobolants.
    le SMIC a eu le temps d’augmenter 3X en 8 mois que nous on n’a pas pris 0.01Cts (ah si j’ai oublié le magot des 30€ brut au 01/04 désolé…, par ce que nous, pauvres galériens qui ne sommes pas au SMIC (a peine) pouvons nous en sortir pour manger (quelle drôle d’idée), aller au travail (moteur à air ?), s’habiller… enfin bref on se plain d’aise !)
    donc pour résumer, on rince les gros bonnets et c’est nous qui payons la facture d’eau

    • Tu résumes nickel mon pote ! Pendant que tu vas boulonner pour une poignée de cacahuètes, ces messieurs-dames canardent dans la soie et se la coulent douce. Y en a que pour les smicards et si t’es 20 balles au dessus t’existes pas. Marre de se faire enfiler par des gonzes qui bossent dix fois moins que toi pour gagner 10 fois plus. Ces manchots commencent à me casser grave les claouis

  2. Calme toi Gaston, c’est pas les « glaouis » plutôt ? le claouis d’après wikipédia est un dérivé de Glaouis qui monte plus haut, si ça arrive à ce niveau faut purger rapidement avant tout débord

  3. Alors là mon p’tit gars faut pas pousser mamie dans les orties ! Claouis et glaouis c’est tout les même pendeloques c’est comme tu choises ! Faut me croire ! j’suis quand même un surdoué. A 12 ans j’avais déjà mes deux bacs, un d’eau chaude pour laver et l’autre pour rincer. Après je me suis enfilé HEC (Hautes études communales). Puis j’ai bossé dans le médical, pas toubib mais un stage de 4 ans à la Santé avant d’aller trimarder pour la banque. Bon c’était un temps partiel, je passais à l’occase les soulager des excédents. Puis j’ai fait prépa au certificat d’études pendant 5 ans à Fleury-Mérogis. Alors tu sais où tu te les carres tes leçons ? J’suis pas le mauvais bougre mais faut pas trop me grimper sur les nougats. Moi je dis claouis et c’est marre !

  4. Va falloir que tu te détendes mon Gaston, ton CV j’en ai parlé à Mdame l’ Autruche et ça risque de te chatouiller les mirettes, j’en ai claqué des bestiaux , je t »en veux pas quand la cocotte chauffe , le gonflage de coucougnettes et automatique, donc un autre conseil, faut aussi vider de temps en temps l’eau des patates

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici