Les Pages jaunes mentionnent une agence Adecco…
Que vous soyez permanent Adecco, intérimaire ou client et si vous cherchez une agence dans une ville qui n’est pas la votre, il va falloir vous armer de beaucoup de patience, de courage et prévoir dans votre paquetage un minimum d’équipement pour assurer votre survie.
Nous vous conseillons d’emporter de l’eau en quantité suffisante pour tenir quelques jours, une couverture de survie, des vêtements chauds pour les nuits fraiches, un Opinel, des vivres, une torche électrique, quelques fusées de détresse, une boussole et si possible un GPS à alimentation solaire, des cartes GR, des allumettes et bien sûr savon, dentifrice, brosse à dents, rasoir…
Explications. Il n’y a plus aucun rapport entre le réseau tel que vous pouvez le découvrir dans les Pages jaunes ou sur le site Adecco et la réalité. Impossible de trouver une agence si vous vous basez sur l’un de ces deux supports. Notez que cela n’est pas bien nouveau. Si vous relisez « L’énigme des Pages jaunes » du 21 octobre 2011 ou « Mais où est donc passé mon agence ? » du mois de novembre de la même année ou encore « Révélation : le réseau Adecco a basculé dans la clandestinité » publié en novembre 2013, tout était déjà dit et le problème n’est donc en rien inédit. Il est en revanche choquant que la situation ne se soit en rien améliorée.
Il n’y a donc toujours aucune mise à jour des Pages jaunes, pas plus que du site Adecco et un grande partie des agences mentionnées sur ces deux supports de référence n’existent plus. Tout cela avec un imbroglio téléphonique impensable : vos appels aboutiront sur des répondeurs indiquant que le numéro n’existe plus, ou sur une autre agence, d’agence généraliste vous tombez sur Expert… et on en passe. Dans une grande ville dans laquelle nous effectuions une tournée des agences, sur cinq agences intra-muros mentionnées par les les Pages jaunes et le site internet Adecco, il n’en subsiste plus qu’une seule. A l’une des adresses mentionnant une agence Adecco se trouve tout simplement une agence… Supplay, installée depuis plusieurs mois. Aucune mise à jour n’est donc effectuée malgré nos remontées régulières sur le sujet et salariés permanents, intérimaires ou clients devront donc se débrouiller avec les moyens du bord au risque de finir par nous préférer un concurrent un peu moins virtuel.
A l’heure où les affaires sont difficiles et où le réseau se trouve quotidiennement talonné au sujet du nombre de visites à renseigner dans le TAC, ne serait-il pas opportun de commencer par proposer aux clients et prospects un répertoire à jour du réseau d’agences Adecco ? Combien de demandes avons-nous irrémédiablement perdues suite au découragement de clients extérieurs ou prospects éreintés par le jeu de piste qui leur est imposé ? Combien de bons candidats intérimaires ont-ils fini par s’inscrire chez nos concurrents faute de trouver aisément l’agence Adecco les concernant ? Quelques questions auxquelles il urge de s’intéresser à l’heure où l’on nous rebat les oreilles avec des notions de « basiques commerciaux »…

 
Dans les jours à venir sur ce blogue :
 
 Des stagiaires comme s’il en pleuvait 
 

 Les CHSCT dans un rideau de fumée
 Avez-vous des économies à placer à la Goldman Sachs ?

Une immense démotivation
Négociation sur la classification : la CFE CGC refuse le « dumping social » 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici